Ne pas tomber dans l'extrêmisme

by - 16:35:00

J'ai toujours été en pleine recherche de moi même stylistiquement parlant, capillairement parlant  linguistiquement parlant calligraphiquement parlant le seul domaine dans lequel je n'ai jamais été perdu, ça a toujours été la nourriture  En décidant d'apprendre ce qui est arrivé à mes ancêtres via de nombreux ouvrages ( Mes Etoiles Noires de Lilian Thuram, L'abécédaire de l'esclavage de ) de nombreuses démarches, j'ai vu un nouveau sentiment surgir de moi :  l'envie de vengeance. Comment des hommes et des femmes ont pu être considérés comme inférieurs avec pour seul motif : une couleur de peau .. Un comportement véhiculé par des " soit disant " scientifiques.
   J'ai même eu cette pensée « Et s'il pouvait payer pour ce qu'ils ont fait ! » Alors que faire avec mon histoire finalement ? A quoi aura servit toute cette tragédie, si les gens n'en tirent pas des leçons et continuent à dénigrer par habitude, par déni et ne souhaitent pas s'améliorer ?

 Mon panafricanisme n'a été que plus fort. Un panafricanisme tel qui m'a poussé à revenir au source en terme de cheveux, qui m'a poussé à enfin découvrir mes racines en travaillant pour payer mon billet d'avion qui m'a amené à sécher un jour de cour pour la journée de l'abolition de la traite et de l'esclavage et qui m'a même tenté de dire que les Noir(e)s n'assumant pas leurs cheveux reniait quelque part les caractéristiques faisant d'eux des êtres avec un certain type de caractère..

Oui, je n'avais plus rien à voir avec la femme blanche, en étant moi meme avec mon teint noir, mes cheveux crépus et ma taille 3842 tout était clairement dit pour refuser cette domination qu'impose le fait de vivre dans une société occidentale où les seuls modèles de beauté sont blancs, ou un peu basané histoire de faire accepter l’inacceptable pour quelque retranchés dans les campagnes.
Oui, j'allais loin .. jusqu'à ce que je vois le reportage " Mugabe et L'homme blanc "


Il était tard un soir où Canal + nous faisait encore des appels de phare gros comme le monde en nous accordant 1 mois offert avant de remettre " Vous n'êtes pas abonnés à nos chaines, veuillez vous abonner pour profiter du bouquet Canal +, Canal Cinéma ... " je m'égare là. Le film était entamé depuis une bonne dizaine de minute, il se situe au Zimbabwe, et semble filmé de manière non autorisée. A la présidence du pays, Robert Mugabe, qui ne se cache pas à travers la phrase " Si pour gagner les élections, il faut les truquer, je le ferais. on gagnera. On gagnera toujours "  d'être un dirigeant autoritaire depuis 1980. Cet homme a en 2000 entamé une réforme agraire qui consistait à redistribuer des terres de fermiers aux Noirs en délogeant les 4 500 fermiers blancs qui en étaient propriétaires et tout cela dans un climat de violence inouïe.

 L'homme qui témoignait, un homme blanc a dit : " A la question, est ce qu'il est possible d'être Américain et blanc ? La réponse est oui Est-il possible d'être Australien et blanc ? La réponse est oui Est-il possible d'être Africain et Blanc ? Si l'on en croit Mugabe et .., clairement la réponse est non. "

Le racisme n'est pas seulement celui que l'on nous montre tous les jours en Europe par des personnalités connus de tous ou presque qui s'octroient le droit de dire des choses ou d'accomplir des actes qui nuisent pas à une partie ciblée d'une population. Il est également dans toutes les attitudes qui montrent à garantir qu'un peuple est inférieur à un autre sur des critères tout aussi subjectif que la couleur. Je me suis sentie honteuse d'avoir pu penser que quelqu'un devait payer pour cela.
Personne ne devrait être responsable pour ce qui s'est passé dans le passé, ce n'est pas de la responsabilité des descendants de payer pour ses ancêtres.  Et la réponse de Robert Mugabe est clairement une réponse à la colonisation et ses effets, une mauvaise réponse qui n'a aucune réponse à donner autre que celle de la haine. Lorsque dans le désarroi, et dans les mauvais moments, les hommes et femmes se sont tournés vers la caméra, je n'ai pas vu des Blancs, j'ai vu des Zimbabwéens qui ont été dépossédés de leur terres, qui sont violentés, qui sont stigmatisés en raison de leur couleur de leur peau... Comme un gout de déjà vu..

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence