samedi 23 mars 2013

Amitié Hommes - femmes : Réalité ? Disquette ? Exception ?




J'avoue avoir beaucoup aimé l'article de La scandaleuse sur l'Amitié homme-femme C'est d'ailleurs là bas que j'y ai piqué cette photo, j'ai tellement RI en la voyant ce fut pour le coup, un bon petit fou rire.
J'ai été d'accord sur plusieurs points à commencer par le fait est qu'à partir du moment où on entre dans une intimité avec quelqu'un, cette personne n'est plus UNIQUEMENT notre ami, il y a une mutation en quelque chose que les gens refusent de définir mais ce stade est dépassé.
J'étais aussi en accord avec le fait est que l'on ne peut être ami sincèrement, réellement avec quelqu'un que l'on désire, avec qui l'on imagine plus que de l'amitié et avec qui on ne fait que réinterpréter les gestes et espérer désespérément justement que quelque chose se fasse.
Ce qui m'a poussé à écrire ce post, ce sont trois évènements bien distincts qui se sont produit ces dernières semaines :
Le premier ? Un petit que je considérais comme mon petit quoi appelle un soir en disant qu'il a faim...de moi. * WTF - C'est arrivé sans crier " Gare à tes fesses, Ryel " ?! *
Le deuxième ? Ce garçon aux attitudes étranges qui alternaient entre volonté de flirter avec moi et envie de construire une amitié version " moi même je ne sais pas où il voulait en venir pour tout vous dire*
Le troisième ? Cet ami de Boobs ( mon meilleur ami ) qui nous a dit que c'était impossible que lui et moi soyons amis car l'un d'entre nous voudrait forcément plus.
Petit historique de ma pensée au fil des années.

  • Au départ, je n'y croyais pas, j'en voulais de cette amitié fille-garçon ! ( 12-15 ans)
Hormis Benjamin, Maxime  Khaled, Dylan, Cédric et les autres que j'ai connu dès la primaire, en rentrant au collège, j'avais cette envie d'avoir des amis garçons...comme dans les films. 
Je voyais que ces amis là, faisaient tout ensemble, passaient leurs temps ensemble, discutaient ensemble..et finissaient même en couple, LE RÊVE. Ton meilleur ami qui devient ton chéri, quoi de mieux ? " #TEAMLOVEANDBASKETBALL
En 5ème, il y avait ces deux garçons dans ma classe de latin, dont un, qui m'avait demandé de sortir avec lui..SUR MSN. Je me souviens, telle une lâche, je m'étais déconnectée * trop d'émotions *
Lui qui s'était présenté comme un mec sympa avec qui j'aurais pu devenir très bons amis...BLAGUE!
  • Puis j'en ai eu une ( 14 ans - 16 ans )
Deux ans plus tard, en troisième après avoir esquivé ce malheureux en question, nous sommes devenus amis très amis, meilleurs amis. Pour la première fois, ma photo était dans le Skyblog d'un garçon en tant qu'amie, tout le monde nous savait meilleurs amis et nous étions persuadés de vivre de purs moments. 
Des photos, des promesses, du soutien... Et les évenements de la vie font qu'il a perdu le plus grand pillier de son existence et qu'il a choisi de mener une vie dans laquelle je ne me voyais plus être sa Bestounette .. Coup dur! 
  • Puis je n'y croyais plus ( 16 ans 3/4 -18 ans)
J'ai compris à ce moment là que lorsque l'on dit qu'il ne faut pas faire de promesses ( ou alors BIEN Y RÉFLÉCHIR ) dans les bons moments, ce n'était pas des blagues. Lorsque l'on est heureux, lorsque l'on est à l'apogée de l'amour, de l’affection que l'on peut porter à quelqu'un, nous ne sommes plus suffisamment objectif et nous prononçons des paroles qui vont BIEN au delà de choses que nous pouvons maîtriser. 
J'avais promis de rester la meilleure amie de quelqu'un que j'ai vu devenir quelqu'un d'autre de jour en jour, quelqu'un dont je n'acceptais plus les attitudes, les moeurs, le langage, la manière de penser.
Certes, il reste cette affection pour l'autre, mais je savais..je savais qu'il n'était plus mon ami.

  • Boobs : Celui qui confirme bien à quel point l'amitié fille garçon est rare ! (18 ans - UNTIL THE END ? )
Puis, j'ai fait la connaissance de ce garçon en premère que je détestais au collège.
De fil en aiguille, nous avons ri, discuté, débattu. Nous nous sommes même battus, insulté mais toujours soutenus car lui, contrairement, aux autres je n'ai jamais eu de doute quant à sa sincérité et ses intentions à mon égard.
Qu'il soit en couple ou que je sois courtisée ne change(nt) ABSOLUMENT rien à la place que nous avons l'un et l'autre. Au courant de ce qui se passe sans trop de choses non plus * ce n'est pas ma copine Barbara, il ne faut pas abuser hein * BFF sans tout le patacaisse et le caractère omniprésent de ce genre de relations !
Oui ce qui signifiait qu'en face, je n'aimais pas la manière dont « ces amis » essayaient de zieuter  " discretos " ou faisaient des allusions à des pseudos situations qui pourraient éventuellement se passer si... 
En somme, rester sur ses gardes, se méfier et ne pas être tranquille avec ton poto car tu ne sais pas s'il bave sur toi ou pas !
Je me suis alors demandé s'il y avait une raison à cela...Comment se fait-il que Boobs ne soit pas ce genre d'amis qui justement n'étant pas VILAIN je ne voudrais néanmoins JAMAIS franchir cette frontière amicale ?
J'ai eu la réponse dans ce livre 
  • Serge Ciccotti, Tout ce que vous devez savoir pour mieux comprendre vos semblables, Dunod, 2011.
Le livre est à mon sens très intéressant. Il mêle d'une manière habile opinion subtile mais nuancée de son auteur et énonciation d'expériences scientifiques faites pour démontrer certains faits.
Ainsi à la question « Pourquoi nous marions-nous si rarement avec nos amis d'enfance ? » page 261, Serge Ciccotti évoque l'effet Westermack.
L'hypothèse formulée est que deux enfants vivant ensemble les premières années de leurs vies finissent par se désensibiliser sur le plan de l'attraction sexuelle, ce qui crée une sorte de répulsion sexuelle que confirme dans bien des cas l'expérience de Bevc & Silverman de 1993 avec pour sujet les relations incestueuses.
Au delà du critère d'attraction ou de désir, jamais ressenti pour Boobs, cette désensibilisation est une bonne chose car ce garçon je le considère vraiment comme un frère, et chez moi, les frères on ne les désire pas, on nique pas avec, JAMAIS JAMAIS JAMAIS !  

  • Ainsi, je m'interroge alors sur les vraies motivations... 
Il faut donc opérer une distinction entre les différentes amitiés : Celles totalement dénuées d'arrières pensées pour X ou Y raisons ( désensibilisation sur le plan sexuel ou non attraction purement évidente .. ) ou celles qui sont consciemment ou inconsciemment guidées par le sentiment de vouloir quelque chose au delà de ce soutien moral et de cette distraction que nous offre l'amitié.
A l'ère des sex-friends, je suis sûrement vieux jeu mais je ne parviens pas à poser l'étiquette « ami » sur quelqu'un avec qui je suis amenée à me comporter comme tout sauf une amie. 
Ces ambiguités là, non maitrisées, ne sont-elles pas dangereuses pour les coeurs fragiles ? Ne rendent-elles pas accro à quelque chose qui restent pour le coup très flou ?
Chacun sa came, vous me direz. Certains ont des buts différents des miens, qui suis-je pour juger les aspirations relationnelles d'autrui ? Seulement, il faut en être conscient et ne pas se leurrer sur ce qu'il en est d'une situation bien précise.
Trop de gens, particulièrement, des filles doutent de ce qui se trament, s'enferment dans des relations pourtant si évidentes Y COMPRIS de l'extérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Mes autres pages