jeudi 6 juin 2013

Indecision

Ce soir, à l'heure où je vous écris, j'ai reçu une proposition des plus étonnantes, ce n'était pas la première, peut être pas la plus sincère mais la plus matériellement réalisable autrement dit pour faire simple quand j'ai voulu faire compliqué, la plus concrète.
Je ne suis pas le genre de personnes qui ne sait pas où elle veut aller, ce qu'elle veut faire.
J'aime être au point sur mes idées, sur mes souhaits, mes aspirations, mes envies et peu importe la personne devant mes yeux, je ne lâche STRICTEMENT rien. Non pas par orgueil, ni par défi mais parce que je n'aime pas ne pas savoir.
Je suis de ces personnes impatientes, dans l'expectative de réponses claires, nettes, précises qui à un moment donné aurait pu justement TOUT DONNER pour avoir les réponses à mes questions.
Je n'aime pas ne pas savoir que ce soit par rapport aux autres ( Les gens qui disent : en fait, il m'est arrive un truc mais je peux pas te dire ...FTG ! sinon oui, et même savoir certaines choses m'empêchent de considérer la personne autrement que par sa confidence ) mais SURTOUT par rapport à moi.
Il en est de même pour les gens indécis.. Plus je grandis, plus je côtoie des adultes ( sur les papiers mais aussi dans leurs têtes, leurs esprits ) plus j'aime échanger avec des gens qui savent où ils vont, ce qu'ils font et POURQUOI ils le font.
Je n'aime pas lorsque les gens qui, à un moment donné ne devraient plus avoir à dire « Je ne sais pas », lâchent quand même un « je ne sais pas » qui est censé m'attendrir afin d'aider l'autre à se trouver.
En somme, je n'ai pas de pitié pour les gens indécis.
Cela m'agace, m'embête * Imaginez moi taper du pied, souffler telle une IMPOLIE de première *
Et ce soir, je me retrouve dans cette situation, l'indécision.
Ce n'est plus une question de « Que choisir entre fondant au chocolat ou flan nature ? » devant la vitrine de Paul, non, c'est une question qui mêle ma personne, mon avenir à un autre destin.. et à celui des miens, à celui des siens.
Cela m'apprendra, il y a quelques années, j'avais écrit un article très complet sur le mariage, et dorénavant ayant fait la blogueuse capricieuse, cet article n'est plus que des ruines dans ma tête et un fantôme non aperçu à vos yeux.
Mais oui, moi qui avait projeter mon avenir sur une feuille quadrillée à coup de Post-It

Post-It concernant mes futurs voyages, concernant les diplômes universitaires ou les " à coté " à obtenir , ainsi que la date du mariage, les futurs enfants.
Dans mon plan, IL n'était pas prévu. IL n'était qu'une ombre sans visage, sans couleur et sans réelle existence. Et là en plus de se matérialiser, IL veut s'imposer. IL veut sa place. C’est légitime. Mais cela remet tout tout tout tout tout en cause, absolument tout. Et je me retrouve au stade où moi qui ne supportait guère l'idée « d'appartenir à quelqu'un » , de sacrifier certaines choses pour ce quelqu'un là, je dois réfléchir autrement dire je ne sais pas..
Je n'ai pas dit « OUI », je n'ai pas dit « NON » : C'est officiel, je suis redevenue INDÉCISE.
Un remède ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Mes autres pages