Choice is Yours.

by - 04:50:00

Je viens d'achever la trilogie de Matrix.
C'est vrai, je viens très en retard à la suite de la sortie de certains films, certaines séries mais pour certaines choses, je trouve qu'il est essentiel d'attendre d'être être réceptif donc prêt à les attendre afin de véritablement les comprendre comme il se doit.

Je ne comprenais pas cet engouement autour des films, des livres, des arts en général mêlant cet aspect irréel combiné à un semblant de réalité. Je n'étais pas très science fiction, j'étais plutôt comédie romantique ou film dramatique.
La science fiction, c'est ce genre unique qui consiste à s'inspirer du monde dans lequel on vit pour créer en un autre univers avec son vocabulaire propre, ses personnages, ses codes mais surtout y insérer ses propres valeurs qui se transforment en contradictions et interrogent le spectateur, le lecteur bien plus que des questions posées frontalement.

Comme mes écrits le laissent paraître, je grandis. Je grandis et ce n'est pas forcément une partie de plaisir pour moi.


J'apprends à analyser, construire, déconstruire, reconstruire, remodeler ce que j'ai appris jusque là.
 Moi qui pensait que ce que j'apprenais serait un acquis et qu'il me resterait qu'une infinité de choses à apprendre, voilà qu'en plus de cela, je dois revoir ce que j'ai appris.
Un facteur change, le facteur " professoral " si j'ose dire : mes professeurs ne sont plus les parents, les aînés, le corps enseignant, un adulte référent, l'enseignant ici c'est moi !

Je ne dis pas que plus personne ne pourra plus m'apprendre, je me dis juste à un moment donné que je suis désormais responsable de ce que je crois, et que mieux vaut pour moi de me former suffisamment correctement pour ne pas avoir à gober les premières thèses venues, les premières balivernes et mots doux qui soient parce que cela fait du bien à l'âme. Tout ce qui fait du bien n'est pas forcément bon. Tout ce qui est bon n'est pas forcément bien. Le monde n'est pas aussi tranché, en revanche nos décisions doivent l'être.

J'ai de plus en plus l'impression que la vie est faite de choix. Que ces choix sont inévitables contrairement à certaines situations. Je ne dis pas que ces choix sont faciles ou ne sont pas porteurs de conséquences nouvelles, plus graves ou autres mais c'est ce qu'il en est, du moins ce que je pense qu'il en est.

Certains choix s'offrent à nous, certaines nouveautés montrent le bout de leurs nez, certaines situations n'attendent qu'un déclic et c'est à nous de voir si l'on doit rester dans notre situation confortable ou non, dans notre quotidien.

Pour en revenir à Matrix, les mots qui me sont revenus en tête sont les mots : choix, croyances, confiance, détermination.
Je trouve que le mot choix imagé sous formes de multiples situations est vraiment une composante de ce film. Le choix semble s'opposer à la prédestination. Pourtant, ils semblent composer ensemble, jouer la partie ensemble.

Certaines choses ne se maîtrisent pas malgré tous les efforts effectués pour le faire, pour autant cela veut dire que ces choses sont prédestinées ? A l'inverse, celles qui dépendent de nous, qui n'ont pour vecteur que soi relèvent-elles du choix ?

Humm..

Dans le même genre..

4 commentaires

  1. Je suis toujours surpris positivement de la philosophie de vie que tu arrives à dégager de sujets qui a priori ne s'y prête guère.

    Tu exprimes si bien le passage de l'âge ingrat de l'adolescence à l'âge adulte : celui de se faire ses propres opinions et choix. D'aucuns n'y parviennent jamais...

    "Le monde n'est pas aussi tranché, en revanche nos décisions doivent l'être". Savoir se décider est une chose mais être radical (souvent lié à l'impulsivité) en est une autre. En effet, il faut bien souvent de la patience, de la tempérance et de l'indulgence pour comprendre et être compris ; et par conséquent décider. Je relativise mon propos : tout dépend du sujet ! Parfois, il faut être ferme et intransigeant !
    Certes, il faut s'en tenir à une ligne de conduite et ne pas être versatile ; on ne doit pas changer de point de vue toutes les 5 minutes... Lol
    Par ailleurs, comme dit le proverbe : "Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis". Même si ça peut être bon de faire l'imbécile dans certaine situation...

    Comme on dit en Afrique du Nord : « mektoub » : tout est écrit. Tout serait prédestiné, prévu ; une solution facile pour ne faire aucun choix : s'en remettre à la fatalité, au destin ! Il suffirait de se laisser vivre ? Est-ce à dire que même nos choix seraient dictés par nos croyances, notre éventuelle foi ?
    J'admets que la destiné existe (tant de choses nous échappent) mais j'accorde de l'importance au fait « de prendre sa vie en main » ; de faire des choix et de les assumer ; de ne pas subir l'adversité.

    Les choix sont tributaires de notre manière d'appréhender nos peurs ; oser ou pas.

    Bref, choisir se résume à prendre parti dans une alternative, passivement ou activement.

    J'ai eu le choix d'aller voir ton article, le choix de le lire, le choix de le commenter.
    J'ai eu le choix de prendre le temps, le choix de respecter ton choix tout en ayant le choix d'en faire mien ou d'en faire autre. J'ai eu le choix des mots ; le choix de digresser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cette tendance à m'interroger sur tout ce qui se présente à moi. Ce n'est pas forcément facile tout le temps, je vois certains problèmes là où il n'y en a pas, comme tu dis, c'est une question d'équilibre qui viendra avec le temps, je l'espère.

      Pour le destin, la prédestination et le choix.. Je continue d'apprendre et je me forgerai ma propre opinion.

      Oui, et je t'en remercie d'ailleurs. Hormis les visites, tu es la seule preuve concrète que le monde extérieur voit ce que j'écris. :)

      Supprimer
  2. Tu n'es pas la seule à t'interroger - je m'interroge aussi beaucoup sur tout et tout le temps ! Et je trouve que c'est très bien ainsi. Trop peu de personnes se posent de questions et les bonnes...et je le déplore ! Ils ont en quelque sorte, par leur silence, déjà "un pieds dans la tombe"; à moins que ce ne soient des imbéciles heureux ! (le paradis, blablabla..). Bon, il ne faut pas sombrer non-plus dans l'excès de questionnement mais quand même...

    Tout va si vite...trop vite !

    Je m'étonne de cette propension qu'on les internautes (et pas qu'eux) à la promptitude caractérisée à juger, critiquer...tel ou tel sujet sans avoir "creuser le sujet"; sans faire preuve de recul, de patience, de tolérance, de tempérance, d'indulgence; de manière si radicalement binaire : un "pour ou contre" absolu, catégorique, radical, définitif ! Comme il n'y avait pas la possibilité de dire "je suis d'accord mais là, je m'oppose à...; je suis contre mais j'admets que...".

    Une question de choix qui souffre d'intransigeance, d'irrespect et d'impolitesse (oui, on doit respecter ses détracteurs, ses ennemis...il n'est pas nécessaire de les insulter); d'intolérance; d'agressivité...

    Tu es aussi une rare preuve concrète du monde extérieur sur mes écrits... Ainsi soit-il.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que les ignorants ou imbéciles heureux le sont réellement. Quelle légèreté de ne pas avoir apprendre à prendre conscience de tout un tas de choses, quelle quiétude que de ne pas s''inquiéter là où il faudrait, maintenant, je ne suis pas parmi eux, je l'ai accepté.

      En effet, les lecteurs commentateurs pas d'accord, j'en ai eu une, pas du tout d'accord avec ce que j'écrivais allant loin dans sa description physique et morale de ma personne, pas vraiment plaisant mais il en est ainsi.

      :)

      Supprimer

Votre présence