mardi 12 novembre 2013

Rupture.

Les mots des proches réconfortent le cœur pour un temps et le reste du temps la cicatrisation nous joue des tours, prend du temps, nous fait douter d'une décision que l'on estime bonne, nous replonge dans les souvenirs et dans l’événement. 
Le soir où j'ai écrit dans mon journal à quel point sa venue dans mon existence avait été soudaine, j'ai pensé et du coup apposé au même lieu à quel point sa sortie l'avait été pourtant entre, je ne compte pas les moments intenses, les avancées communes, les choses accomplies et les projets qui devaient venir.

Ce soir là, étant sur Tumblr à regarder les nouvelles images présentes sur mon tableau de bord, en écoutant la playlist que j'avais concocté au cas où les visiteurs voulaient se plonger un peu dans l'univers musical qui me semble correspondre à mon espace, je suis tombée sur ce gif là 
J'ai tout d'abord été frappée par le fait que Jim Carrey & Kate Winsley se soient donnés la réplique un jour, j'ai alors cherché dans quel film avec quel thème et POUF... La rupture.
A ce moment là, j'ai songé aux 3 derniers films que j'ai vu sur le même thème et je me suis dit pourquoi ne pas écrire un post.

Après avoir effacé réintégré le post parmi les brouillons la remarque d'Ola m'a permise de rééditer et modifier à ma guise pour le remettre en ligne.

Blue Valentine de Derek Cianfrance.

 Ce soir là, j'étais devant la TV- ce qui est rare- et en zappant les chaînes, je vois le film à venir sur les chaînes de Canal Sat.
 J'aime beaucoup le jeu d'acteur de Ryan Gosling, j'aime sa manière de s’imprégner de son rôle, de passer d'un genre à un autre alors lorsque j'ai vu le synopsis, j'ai attendu patiemment que le film commence - Qu'est qu'il y a des bêtises qui passent sur les chaînes vraiment !- 

L'histoire d'un couple qui s'est uni très jeune grâce ou en partie à cause de- tout dépend de quel point de vue on se place hein - la venue d'un enfant et qui dans ses derniers instants repasse les moments marquants de leur couple.
 L'histoire défile et rien ne semble les prédestiner à finir ainsi.
On aperçoit à travers les flashbacks, les différentes étapes de la construction de ce couple.
Le « coup de foudre », la phase de séduction, la complicité et la venue d'un enfant qui vient sceller une union entre deux personnes qui sur l'instant semblaient vouloir passer leurs vies l'un avec l'autre sans envisager une autre hypothèse..
Aucun n'avait prévu cela, les deux membres du couple ont changé physiquement, mentalement et professionnellement ...

Certains projets n'en sont restés qu'au stade embryonnaire, les trajectoires ont dévié.
 La jeunesse, la situation a précipité les choses, à entraîner un engagement lourd de sens et de conséquent que l'une des deux parties n'arrivaient plus à assumer à la fin. Trop différents ? Trop jeunes ? A ce moment là, on peut voir à quel point, ce couple qui semblait inséparable, soudé s'est petit à petit éloigné pour finir par être des étrangers au fil du temps.
 Des moments forts, des paroles significatives notamment l'une des dernières scènes dans laquelle il signale à sa femme qu'elle l'a épousé pour le meilleur ou pour le pire et qu'étant dans le pire, il lui demandait de l'aider à revenir vers le meilleur, demande à laquelle elle a tout simplement refusé d'accéder.

 Cette scène me fait penser à une parole de ma professeure de démographie :
« Avant, on se mariait pour le meilleur et pour le pire, dorénavant les gens semblent se marier que pour le meilleur. »
Parfois, je me rends compte à quel point, le mariage qui semble t-il continue d'être inculqué aux gens comme la norme de tout, comme une nécessité n'a pas suffisamment fait l'objet de réflexion car se marier, c'est l'acte en tout cas pour ma part d'une vie.
On jure fidélité, assistance, amour et loyauté et ce jusqu'à ce que la mort nous sépare... Une promesse de cette ampleur n'est pas à prendre à la légère.

Cela me pousse à m'interroger sur le sens des promesses : peut-on croire des paroles qui nous semblent certifiées, qui nous semblent être certaines ? Peut-on planifier que notre amour sera éternel ? Comment vivre avec le souvenir de cette promesse irréalisée ? La promesse ne semble engager que ceux qui y ont cru et continuent d'y croire. Mais dans ce cas, une promesse non tenue s'apparente t-elle à une grande trahison ?
L'amour serait donc qu'une affaire temporelle trompeuse ? Mention spéciale à la chanson du film que j'ai beaucoup aimé :


Eternal Sunshine of the Spotless Mind


Original ce concept, sans dévoiler la fin, un couple qui s'est séparé dont la femme décide de se faire effacer de la mémoire ces souvenirs passés ensemble. Revoyant celle qu'il aimait le considérer comme un étranger, il finit par découvrir ce qui s'est passé et choisit de faire la même chose mais pendant l'opération de nettoyage, il ne veut plus oublier ces souvenirs passés et lutte pour ne pas les voir effacer. Malgré tout, le lendemain matin, par un changement de programme, il finit par rencontrer celle qui a partagé sa vie, il passe du temps avec elle et tous les deux finissent par découvrir ce qu'il leur est arrivé : ET je m'arrêterai là pour la narration.

Lorsque j'ai vu le film, ce soir là, j'étais si triste, si peinée, si pensive je l'avoue j'aurai voulu tout oublier, j'aurais voulu ne plus y penser, ne plus rien ressentir et pour tout vous dire, il est tombé à pic. A pic, parce qu'omettre, nier ou oublier ne sont certainement pas les bonnes manières pour parvenir à continuer son existence sans l'autre. 
Avoir de la haine l'est encore moins, la haine remplace l'amour, la déception mais la haine ronge bien plus que ces sentiments.
 La haine, ça nous bouffe de l'intérieur et ça franchement c'est ce que l'on appelle du gâchis : voir une histoire d'amour se transformer en une relation hargneuse. Quelque soit la faute - L'infidélité ou la suspicion d'infidélité ne sont pas les uniques motifs de rupture valable pour s'en aller ! - ou le fautif -cela peut être l'homme comme la femme - savoir respecter l'autre et considérer l'autre comme un être humain sans salir sa réputation ou son nom est-ce si compliqué que cela ?

Dans ce film, il s'agit là de faire appel à la science pour effacer les souvenirs d'une personne qui a marqué notre âme, notre cœur et que l'on ne parvient pas à dégager aussi fort que soit le souhait de l'en faire partir. 
Le paradoxe est de voir à quel point certaines personnes aimeraient savoir pour pouvoir construire quand le nôtre est de parvenir à oublier. 
C'est donc cela cette science révolutionnaire, cette même science qui censée nous aider, améliorer notre santé et notre quotidien nous pousse à nous renier et détériorer notre santé comme ici par exemple ?

The Break-Up de Peyton Reed.



Pour tout dire, je ne me souviens plus tellement du film. J'étais plutôt jusqu'à il y a quelques années, une adepte des films romantiques. 
Je me souviens que c'est l'histoire d'un couple qui a décidé de se séparer et avant, ils se font la misère et se recroisent un jour dans la rue, en étant content de se revoir, sans haine ni aigreur.

 Beaucoup d'humour, de burlesque certes mais la leçon du film semble être que lorsque l'on a la chance d'avoir quelqu'un en face de soi qui accepte ses torts, qui n'est pas orgueilleux ou si fier pour admettre l'échec du duo et que par la suite, les deux personnes sont amenées à se croiser et à échanger quelques mots dans le plus grand calme, cela doit être l’idéal.

En somme, je dirai que contrairement aux formules que l'on peut entendre du style « Je ne peux pas passer ma vie sans lui » etc..  Ce n'est pas une question de possibilité mais une question de choix. Faire le choix d'avoir l'autre à ses côtés, et agir en conséquence pour le/la garder.
Etre en couple, ce n'est pas avoir quelqu'un, c'est faire partie sciemment, volontairement et concrètement de la vie de quelqu'un, apprendre à partager le positif comme le négatif et s'apporter mutuellement.
Il faut accepter parfois qu'on ne peut rien faire de plus lorsque :
  •  L'autre n'est plus disposé à écouter, recevoir, partager.
  •  Les visions de la vie et les manières de vivre ainsi que les aspirations de couple et la définition des concessions sont diamétralement opposées sans conciliation possible
  • L'avis d'autrui importe peu car le couple avant tout c'est soi et soi-même via une personne censée être ce que l'on souhaite qu'elle soit sans l'accepter réellement.
La peine liée à la « disparition » de la personne dans cette partie de notre vie qui en réalité couvre pas mal d'autres domaines est un sentiment lourd, un sentiment peu palpable et compliqué à gérer. Les peines de cœur et ce sentiment que l'âme est à nouveau seule est lui DOUBLEMENT difficile à gérer. Mais comment passer à côté ? Qu'est ce qui ferait de nous des êtres sensibles si nous devions être épargnés par toutes ces émotions qui nous caractérisent ?


Le tout est de gérer à sa sauce, à sa guise sans se faire du mal ou heurter l'autre. 
Agir comme on a envie d'agir et pas comme les autres attendent que nous puissions réagir : si les larmes qui coulent nous libèrent, les laisser couler ; si le seul remède trouver se trouve dans des portions de chocolat ne pas en abuser ou au contraire si la solution réside dans le souhait d'enfiler une robe et des talons hauts pour s’aérer l'esprit sans oublier ou rendre la relation plus laide qu'elle ne l'était.
Il y a certaines choses que l'on ne peut apprendre sans expérimenter.
 Accepter, assumer, avancer.

Signé Ryel

14 commentaires:

  1. "Cela me pousse à m'interroger sur le sens des promesses : peut-on croire des paroles qui nous semblent certifiées, qui nous semblent être certaines ? Peut-on planifier que notre amour sera éternel ? Comment vivre avec le souvenir de cette promesse irréalisée ? La promesse ne semble engager que ceux qui y ont cru et continuent d'y croire. Mais dans ce cas, une promesse non tenue s'apparente t-elle à une grande trahison ?
    L'amour serait donc qu'une affaire temporelle trompeuse ? "

    En règle générale, il s'avère qu'une parole dite avec toute la conviction possible, en toute bonne foi, avec la plus grande sincérité, à un moment précis de sa vie, n'est malheureusement pas garantie dans la durée. Elle n'a pas de valeur durable et certifiée: "Les paroles s'envolent; les écrits restent". Et encore...

    Elle peut être dite sous le coup d'un enthousiasme débordant, d'une euphorie amoureuse (ou pas). Le temps passe et fait outrage à nos rêves, à nos désirs.

    C'est difficile à admettre, à accepter mais il en est ainsi. Peut-être parce que l'on trop misé sur cette parole, parce qu'on l'a érigé en absolu, peut-être parce qu'elle était tant attendue par celui qui la reçoit ?
    Mais pour celui qui l'a dite, il est conscient d'avoir changé son discours; il culpabilise (pas tout le monde et pas toujours); il a parfois honte mais c'est ainsi: les mots du présent ne sont plus les mots du passé; ils deviennent des maux ! C'est là qu'il faut être fort car la haine remplace l'amour (ou l'amitié si c'est une relation amicale).

    L'amour peut être éternel mais c'est rare. C'est la plupart du temps un leurre. Rien dans la vie n'est définitif, n'est acquis pour toujours; pourquoi l'amour dérogerait-il à cela ?

    Combien de couples restent "ensemble" parce qu'il y a des enfants; parce qu'il y a un "certain confort" de la routine; parce qu'il y a la peur de la solitude, de l'inconnu, de "refaire sa vie"; parce qu'il y a l'âge avancé; parce qu'il y a la morale, la religion...?

    On s'attache à ce sentiment jusqu'à parfois en mourir... C'est absurde de mourir pour autrui (ou pour des idées: les cimetières sont remplis de héros) mais le désamour, l'absence d'amour peut faire tellement mal que la mort semble la seule solution. Se reconstruire est si difficile, demande tant d'énergie; c'est pourtant ce qu'il faudrait faire: la vie est belle !

    Bien sûr, pour les personnes qui ne sont pas romantiques (dans le sens sentimental/fleur bleue), qui n'accorde pas beaucoup d'importance à l'émotion, aux sentiments, c'est plus simple: c'est plutôt: "Une de perdue, dix de retrouvée". Même pô mal... Sont-ils/elles plus heureux-ses pour autant ?


    Certes, il s'agit d'une trahison mais c'est notre ressenti, notre affectivité qui fait qu'on prend cela comme une trahison.

    Alors, me diras-tu, quel triste constat fais-je de la parole flouée, de l'amour déchue ! Quelle amertume ! Quel pessimisme ! NON ET NON !

    Je répondrais qu'un "homme averti en vaut deux" (proverbe sexiste: pourquoi ne pas citer la femme ?). La réalité est souvent pénible quant aux choix à faire...Pas facile de faire la part des choses ! Pas facile de savamment doser le rapport méfiance / confiance ? Pas facile de conjuguer le coeur avec la raison !

    Cela fait partie de la condition humaine. La lutte n'est pas contre autrui mais contre soi-même.
    Ainsi va la vie...

    Il y a pourtant toujours l'espoir et le rêve pour continuer à avancer ! Il y a le "tout est possible" ! Il y a toutes les beautés de la VIE !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord pour le passage de la mort pour des idées : tu trouves cela absurde ? Certaines personnes ont payé de leurs vies pour que les choses prennent une autre forme, un autre sens qui sont meilleurs pour l'ensemble de la collectivité.

      Mourir pour des idées diffèrent de mourir pour de l'amour : l'amour c'est quelque chose de très égoïste, on veut que cette chose soit à soi, et rien que pour soi.

      Une idée, c'est un idéal sociétal, parfois ces gens là n'ont pas choisi la mort, on leur a imposé, on la leur a donné sans proposer.

      Supprimer
    2. Il est vrai que j'aurai dû nuancer mon propos. Je ne parlais pas d'idéaux sociétal mais de personnes qui font des choses sans réfléchir, sans conviction, juste pour faire parler d'eux: de faux héros en somme ! Je ne parlais pas d'héros au sens noble du terme mais de manière banalisée.

      Et pour le reste du commentaire ? (presque aussi long qu'un article ! lol).

      Supprimer
    3. ( En effet ! )

      Eh bien, c'est ton point de vue C.
      Tes ressentis, ton opinion.

      J'ai écris les miens ( de manière évasive, je l'admets ) plus haut dans un post qui se nomme : « Rupture » :)

      Supprimer
    4. Non, après relecture, j'ai aimé ton commentaire : posé, réfléchi et à mon sens, véridique. J'aimerais faire partie des exceptions pour la prochaine fois.

      On peut vivre des moments merveilleux sans promettre, mais à partir du moment, où l'on promet ou que l'on case une parole qui sonne comme tel, on doit la réaliser ou se taire, ce n'est pas interdit et puis c'est gratuit !

      * Oui Oui, c'est mon idéal qui parle *

      Supprimer
  2. "Non, après relecture, j'ai aimé ton commentaire : posé, réfléchi et à mon sens, véridique."
    Une relecture: "posée, réfléchie", qui donne ce nouveau commentaire tout aussi "véridique" que le mien ! Tout pareil, quoi ! ;)

    "J'aimerais faire partie des exceptions pour la prochaine fois." Tu es exceptionnelle, non ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, comme d'hab, j'ai envie de dire !

      Exceptionnelle ? Ça c'est toi qui le dit et puis ensuite, cela n'est pas censé me faire déroger à la règle.

      Supprimer
  3. Ce n'est que maintenant que je viens de m'apercevoir que tu as publié cet article...le jour de ma fête ! LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un code ou texte de lois qui stipule que je n'avais pas le droit de le faire ? :-)

      C'est un article re-publié, la véritable date est vers novembre.

      Supprimer
    2. Là, n'est pas la question, bien sûr que tu as tous les droits : tu peux dire et faire ce que tu veux puisque c'est ton blog. :-)
      Ceci dit, il y a pleins d'exemples de "code ou texte de lois" que l'on peut, que l'on doit contourner car il est même vital de passer outre...

      Oui, j'avais vu qu'il est republié mais j'ai retenu la date du post ici présenté.


      Mais revenons au vrai sujet de ton article via une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=py9Ep3sYo98 )
      que je viens de trouver sur le net en cherchant autre chose tout en rédigeant ce commentaire; qui a dit qu'un homme ne peut pas faire 2 choses en même temps ? (je fais toujours plusieurs choses en même temps mais il ne faut pas le répéter...LOL).

      Supprimer
    3. Ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrrr la vidéo d'Andy, je l'avais vu, c'était vraiment marrant.
      Mais bon, je ne suis pas dans cet état d'esprit qui est de camoufler ce que je pense ou d'atténuer ce que je ressens ou le pourquoi je m'en vais. Mon but n'est pas de former un maximum de couple possible et du coup, de finir par trouver des formules plus ou moins belles afin de partir, mais bien pensé.


      LOL, je te taquinais ! Mais mdrrr, quelle répartie !
      Ouiii, lorsque j'ai vu que l'auteur du blog pouvait eêtre attaqué au cas où le commentaire publié dans son espace est diffamatoire, sexiste, raciste ou autre, j'étais très surprise.

      ( Okaaaay, je garderai ça pour moi.)

      Supprimer
    4. "je ne suis pas dans cet état d'esprit qui est de camoufler ce que je pense ou d'atténuer ce que je ressens"
      Et c'est cela aussi qui fait que j'aime autant échanger avec toi !

      J'ai un défaut (bon, pas qu'un, évidemment!): c'est que je ne saisis pas toujours quand on me taquine...(là, oui !) et j'ai parfois maille à partir avec mon / ma interlocuteur-trice car la personne pense que je manque d'humour ou / et que je suis trop sérieux...

      Certes, l'auteur-e d'un blog est libre d'écrire ce bon lui semble mais peut être condamné(e) pour ses propos s'ils sont contraire à la loi...et c'est tant mieux !

      Supprimer

Votre présence

Mes autres pages