Pourquoi le viol masculin est-il si difficile à croire ?

by - 01:44:00

Nouveau libellé : Cruauté humaine.

Parce que Hobbes disait il y a de cela quelques siècles que l'homme était un loup pour l'homme. Que les hommes ne pouvaient s'entendre avec d'autres hommes et que pour obtenir du respect, il fallait qu'il y ait une tierce personne pour réguler tout cela. Chacun abandonne un peu de sa liberté pour la soumettre au Léviathan ( un monstre) . Sous la forme du Léviathan, l' Etat doit revêtir cette fonction afin de contrainte et de force, afin que les hommes puissent cesser de s'entretuer et de ne faire que du mal. Weber a appelé ça «le monopole de la violence légitime.» Seul l'Etat a le droit d'assurer cette violence.

Pourquoi tout cet étalage de connaissances philo-socio-politique ? Parce que j'ai cette impression que la contrainte, les règles et les sanctions n'empêchent pas l'être humain de commettre des atrocités.
Maman me répète sans cesse : « Les hommes n'ont plus le respect de la vie humaine. La facilité qu'il a enlevé la vie me sidère, de quel droit ? »
Je me retrouve souvent face à cette incertitude quant à la peine de mort, à l'efficacité de la prison.
Je me retrouve à me demander si quelqu'un qui tue quelqu'un d'autre gratuitement ( sans raison valable) mérite de vivre en prison lorsqu'il a fait souffrir avant de mettre fin à la vie de quelqu'un mais en même temps, je me pose la question de savoir si cela est crédible de sanctionner par la mort quelqu'un qui vient de tuer, est ce une logique ou un cercle mortuaire euh.. vicieux..

Pour moi, un acte impardonnable ? Je dirais sans conteste, le viol. En arriver à contraindre une personne à exécuter contre sa volonté des actes sur sa personne, sur son corps de manière particulièrement violente et traumatisante. On ne peut s'excuser pour un viol. On peut s'excuser d'avoir poussé quelqu'un, on peut s'excuser d'avoir marché sur le pied de quelqu'un ou d'être en retard..Mais on ne peut s'excuser d'avoir bafoué la dignité d'une personne en montrant que sa volonté était inutile et que les désirs irrespectueux et vils étaient plus importants.

Je ne parviens pas à comprendre comment on peut également accuser quelqu'un à tort de viol. Comment peut-on mettre tout en oeuvre pour pointer du doigt un individu en l'accusant d'avoir violé son intimité, d'avoir effectué des horreurs, inventées de toutes pièces et se regarder dans le miroir, continuer à vivre normalement.

 Personnellement, une de mes proches m'a confiée le calvaire qu'elle a enduré durant de nombreuses années. Raconter ce qui est arrivé est si...  dur pour celui qui raconte mais vous n'avez peut-être pas idée à quel point entendre ces choses sont très difficiles pour quelqu'un qui n'a jamais eu à vivre ce genre de choses et qui a le coeur sensible.


Ce soir, je vais parler brièvement sans trop d'étalage du viol masculin. Jusqu'à il y a quelques années, je ne pouvais concevoir qu'un homme puisse se faire violer. Bah oui, les hommes ont de la force, les hommes savent se défendre. Il leur est impossible d'être victime de viol. Ce sont des hommes qui violent, pas l'inverse. Et puis, j'ai vu Tyler Perry témoigner chez Oprah. Un grand choc, les mains devant la bouche, j'ai versé des larmes. J'ai développé une certaine admiration pour cet homme, malgré cet événement qui en brise des vies, il a su juste rebondir, et continuer.
Kanye West aurait-il raison : la vie serait 10% de choses qui nous arrive et 90% la manière dont nous réagissons à ces choses-là ?

Je me suis posée la question comment un homme violé fait-il pour retrouver son honneur ? Sa dignité ? Comment prend t-il la chose ? Comment fait-il pour vivre avec ? Et puis j'ai vu la scène dans American History X... J'ai tenté d'imaginer.

Mais ces messages écrits sur des pancartes décrivant ont quelque peu répondu à mes questions..
Le tout, ce n'est pas d'ouvrir la bouche quand il s'agit d'injustices faites à une certaine catégorie ( là je pensais aux femmes) . Nous sommes humains et ce que ces gens ont vécu, pour moi.. ce sont des survivants.

La honte n'a pas à être du côté de ceux qui ont subi cet acte inqualifiable.
Ce soir, j'ai une pensée pour ces hommes à qui l'on a enlevé ce quelque chose.
Ces hommes qui ne se sont plus sentis homme à la minute où des gens sans moral ni limites ont avili leurs paroles.
Je déclare toute mon admiration à ces hommes qui ont voulu témoigner, avec toute la douleur et le poids qu'ils ont du ressentir pendant la confession.










Le reste ici : http://www.buzzfeed.com/spenceralthouse/male-survivors-of-sexual-assault-quoting-the-people-who-a
On ne connaît pas l'histoire des gens, ce n'est pas marqué sur les visages...

Ce post est une réelle interrogation, je l'avoue sur ce coup là, je n'ai rien structuré, en espérant que la lecture vous sera fluide et que vous en comprenez le sens. Vos éléments de réponses seront les bienvenus.


Signé Ryel

Dans le même genre..

1 commentaires

  1. « j'ai cette impression que la contrainte, les règles et les sanctions n'empêchent pas l'être humain de commettre des atrocités. » J'ai le même sentiment que toi ; je dirais même que tout cet arsenal ne suffit pas à préserver la sécurité d'autrui mais que sans celui-ci, l'homme aurait déjà disparu de la Terre depuis longtemps...

    Ni la prison, ni la peine de mort ne peuvent changer cela. D'ailleurs, je suis résolument contre celle-ci : il s'agit d'avoir le droit pour un individu (représentant l’État et la Justice)de donner la mort légalement à qui l'a fait illégalement. C'est un non-sens, une absurdité ! Et qu'en est-il de l'innocence ?

    Il serait malsain et idiot de classifier les atrocités humaines. Le viol est-il, cependant, le summum ?Je ne sais pas. Je ne suis pas une femme – la victime désignée d'office ; et j'ai du mal à imaginer l'homme adulte violé. Je comprends ta manière d'appréhender le sujet et j'y souscris mais là encore quid de l'innocent condamné à tort, mis au ban de la société ? Tout cela est bien complexe.

    Comme tu le sais, de par mon travail, je suis confronté à des récits de victimes de viols. Ce n'est pas pour cela que j'arrive à comprendre ce qui fait d'un homme, un violeur. Je ne parle pas d'hommes psychiatriquement malades et reconnus comme tels mais d'hommes lambda qui violent impunément leurs femmes, leurs copines, leurs rencontres d'un soir... Ceux-lâ sont difficilement pardonnables.

    Eh, oui, l'homme peut être aussi la victime. Rarement à l'âge adulte. C'est cette dimension qui interpelle : il a été violé étant enfant ! Les viols sur mineurs sont l'apanage des pédophiles mais pas que... Combien de relations incestueuses ont commencé ainsi ? Dans notre société, il est notoire que la femme pré-pubère soit une victime potentielle de « tous les hommes » mais quand c'est un garçon, cela prend une autre dimension.

    Je n'ai que peu d'éléments de réponses à te donner...tant je suis moi-même impuissant à comprendre le viol sous tout rapport (sans mauvais jeux de mots).

    RépondreSupprimer

Votre présence