vendredi 11 juillet 2014

Indifférence

Actuellement, j'ai le corps qui fait mal.
 J'ai mal de partout ; au dos, au bras, aux côtes, aux cuisses, au fessier, aux tibias, aux orteils.
 J'ai des hématomes partout sur le corps, j'ai du mal à bouger mes membres sans crisper mon visage et je vais vous raconter pourquoi.

Je suis revenue d'Angleterre après 37 jours passés là bas. 
J'étais heureuse d'avoir voyagé mais également heureuse d'être rentrée même si je dois oeuvrer pour beaucoup de choses ici, désormais. 
Soirée prévue depuis pas mal de temps chez la soeur avec une de nos aînées, je pensais comme ce qui était convenue que je serai raccompagnée en voiture par cette avant-dernière. 

Les choses se passent, les retrouvailles prennent des tournures quelques peu moralisatrices mais peu importe.

La finalité est que je n'ai pas pu compter sur ce qui était convenu et que j'ai parcouru 31,5 km en transport avec 4 bagages à main, une valise endommagée mais le plus important ? Une fillette de 5 ans à surveiller avec toutes ces choses si lourdes à transporter.

J'étais déterminée, je connaissais mon trajet et je savais que ça serait dur mais je ne vous cache pas, pas à ce point. 
Je m'étais habituée depuis peu à penser que la première personne sur laquelle je pouvais compter c'était soi-même et qu'ensuite on pourrait laisser d'autres nous aider.. 

J'ai appelé Mimi pour qu'elle puisse m'alléger un peu sur ce trajet avec 3 correspondances. 
Et hormis cette femme qui s'est gentiment proposée afin de porter un de mes sacs après s'être excusée de ne pas faire plus pour moi, personne ne m'a aidé. Pas une autre fois. Lorsque ma valise est tombée dans les escaliers, deux hommes m'ont reproché de ne pas leur avoir demandé.. Mon hôte m'a dit une fois : « Si tu veux aider, fais. N'attends pas de voir la situation s'empirer pour le faire. » Pour elle, le sens du verbe HELP était faire à la place de.. Tandis que pour moi, aider signifier le verbe to assist, être à côté et participer à ce qui se fait.

Je ne vous cache pas que j'ai été outrée de la façon dont les gens se comportent de manière réellement indifférente à la souffrance des autres. Car oui, j'ai souffert. Réellement souffert. Mes sacs se sont entrechoqués avec différentes parties de mon corps, ma valise me faisait faux bond et du coup, j'ai rencontré beaucoup de difficultés à la maintenir. 
Je suis lessivée et je ne vous cache pas que je ne sais pas comment j'ai fait pour transporter tout cela, comment je fais pour être encore debout. 

Je m'aperçois à quel point l'être humain peut donner le meilleur de lui-même ou montrer le pire de lui-même. 
La plupart des gens, lorsqu'ils ne se sentent pas concernés, ne cherchent pas à accorder un regard, une minute de leurs temps afin de voir si les autres, en dehors de leurs bulles, ont besoin de leurs qualités d'human being.

Cela renforce mon idée que dans la vie que j'ai actuellement, je peux compter sur très peu de personnes. 

A moi de prendre mes précautions pour ne plus me retrouver dans ce genre de situation qui ne sont plus désagréables mais douloureuses. Douloureuses physiquement car mentalement, ce genre d’événements ne me choquent plus, ils alimentent ma volonté d'indépendance.

4 commentaires:

  1. Malheureusement on fait tous ce triste constat à nos dépends. Oui ma jolie compte que sur toi même et considère le reste comme un surplus lorsque les gens te surprenne agréablement au moins comme ça on est pas déçu.

    Des bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de TES adorables conseils, toujours plein de sincérité et de véracité :)

      Des bises, Mamande !
      Prends soin de toi !

      Supprimer
  2. Je comprends ta douleur ! Mon premier sejour en espagne. J'ai tiré deux valises de la kilo sous la chaleur sans avoir mangé. J'ai cru tombé sur le chemin. Le trajet jusqu'au métro ne m'a jamais paru aussi long. Et je me suis dis heureusement que c'etait en Espagne beaucoup d'escalator dans les transports puis le trajet etait limite direct. Mais ici le transport parisien avec tout ses escaliers ou les ascenseurs qui ne fonctionne pas. J'ai mal quand je vois les gens avec des bagages.

    Comme tu as dit on n'est jamais mieux servi que par soi même. On ne peut compter que sur nous. Mais je ne comprends pas si tu etais avec tes soeurs pourquoi n'a t-elle pas voulu t'accompagner ? Surtout que tu avais l'enfant de 5 ans... Ça montre que même sur la famille on ne peut pas compter. Parfois on peut même plus compter sur ses amies que sur sa famille...

    RépondreSupprimer
  3. J'aime quand tu questionnes et tu réponds à tes propres questions, Perle. Ça montre trop souvent l'absurdité et l'incohérence du comportement des gens.

    C'est ça.. Je te rédige un mail illico presto

    Le genre de constat vraiment triste..

    RépondreSupprimer

Votre présence

Archives du blog

Mes autres pages