mercredi 30 juillet 2014

Pourquoi ai-je cette impression que les hommes ne me respectent pas ?

Cette idée de posts m'est venue lorsque j'ai répondu à une des connaissances que je me suis faite en Angleterre.
En effet, cet homme d'une trentaine d'années, la seconde partie - soit après 35 ans - m'a écrit des mails en me spécifiant que la seule chose qu'il voulait lorsqu'il me voyait était de coucher avec moi.
J'ai mis fin à nos échanges après avoir qualifié son courage 2.0 soit le fait d'avouer ce genre de choses une fois que j'avais quitté le territoire anglais et de surcroît par mail.
Si seulement, c'était un cas isolé. Mais ce n'est pas le cas.

J'ai repensé aux échanges que j'ai pu avoir ces dernières semaines avec la gente masculine :
·Ce jeune homme avec qui nous correspondions durant un an et demi qui m'a invitée chez lui après notre première rencontre. 
·Cet homme qui n'a pas supporté que je lui dise que je ne me mettrais pas en couple avec lui en 13 jours soit les jours qui restaient avant mon retour en France.
·Cet homme rencontré quelques minutes avant mon retour en France qui m'a envoyé des mails en disant qu'il avait rêvé que je le chevauchais durement.
·Ce jeune homme qui après m'avoir dit que j'étais magnifique, avec qui nous sommes allés au ciné, m'a proposé de passer la nuit à l'hôtel pour tester les limites de nos ouvertures d'esprit. 


J'ai cette impression que je suis l'une des seules à trouver cela déplacé voire IRRESPECTUEUX de proposer à une femme d'avoir des relations sexuelles alors qu'on la rencontre à peine et qui de SURCROÎT n'a pas donné de signal pour que ce soit la porte ouverte aux propositions sexuelles.

Dans un post, que je publierai plus tard, je narrais mon désamour pour la drague.
Lorsque je suis draguée, je me sens agressée.
La drague a pour finalité de pécho. Elle n'est pas fixée sur une cible mais c'est à la chaîne, à celle qui craquera.
 Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins y compris la malhonnêteté.
 J'ai l'impression d'être un bout de viande, d'être un objectif une fois consommé ou mangé, que l'on va laisser pourrir sur le bas côté.
 Est-ce qu'en draguant, on apprend réellement à connaître l'autre ?? Je trouve ça sincèrement lourd et je suis très mal à l'aise avec les personnes qui me draguent - oui, une femme m'a déjà draguée et j'ai trouvé ça moins brutal mais tout aussi désagréable - 
Une fois, Solo, m'a demandé comment je voulais que ça se passe dans ce cas, et j'ai ri sans lui communiquer la réponse car je n'en ai pas.

En discutant avec Double, nous nous sommes dit que la pancarte " J'aime sucer " ou " Je suis la Reine des Putains " doit être drôlement aguichante pour que l'on puisse sans arrêt me prêter ce genre d'intentions.

 Je ne cache pas que je suis assez chaleureuse comme personne, j'aime que la personne avec laquelle je parle sente que je ne me fous pas d'elle et/ou de son histoire, je me sens à l'aise pour discuter de tout sujet sans qu'aucune des deux parties ne se sentent visées.

Parfois, je me demande VRAIMENT quel genre de femme répond par l'affirmative à de telles propositions que : « A Cancun, tu vas goûter l'Anacounda » Dédicace à Lord Kossity & Chico
Je ne les juge pas, je m'interroge juste. Et je me dis que quelque part, c'est à cause de ces OUI là que nous autres nous nous retrouvons insultées de la sorte.

En effet, pour moi, je ne prends pas cela du sens « On me trouve désirable et attirante » je le vois comme une insulte, de me proposer de me mettre à quatre pattes après 5 minutes de conversation.
Le penser, pourquoi pas. Chacun fait ce qu'il veut dans sa tête... Mais le proposer.

Pour bien rappeler mon propos, il n'est pas question de sexe ici. Ni des raisons pour lesquelles une femme devrait avoir des relations sexuelles ou non. Ou son qualificatif si elle accepte les relations sans lendemain, les coups d'un soir ou autre.

Il est question ici du fait que je considère qu'un homme avec lequel je commence à communiquer qui me parle des fantasmes qu'il a eu à mon égard dès la première fois qu'il me voit et dans le but de les réaliser au plus vite, ça me rebute pour continuer de converser avec lui.

Je n'ai pas l'habitude de parler de sexe avec les inconnus, je n'aime pas réellement parler de ce que j'ai vécu ou non, de ce que j'ai fait ou pas, de ce que je préfère, de ce que j'oserai avec quelqu'un que je n'envisage pas d'avoir comme amant. Pour quoi faire si ce n'est pas pour chauffer inutilement ?

Les gens ont pris l'habitude de pouvoir tout se permettre car beaucoup acceptent ce qu'ils n'accepteraient pas en temps normal car « Les temps changent » « Les moeurs ont évolué »
Je considère ce genre d'attitude comme un véritable manque de respect. 

Par ailleurs,  j'avoue avoir du mal à intégrer que je puisse être considérée UNIQUEMENT comme un objet de désir.
 J'estime avoir tant de choses à offrir autre que mon enveloppe charnelle que vouloir se limiter à mon corps est pour moi une réelle incompréhension !

Autrefois, à l'époque où mon corps ne ressemblait pas à celui d'une femme mais celui d'une fillette, ma personnalité comptait.
 J'étais persuadée d'être vilaine et inintéressante physiquement.
Du coup, j'ai tout misé sur l'intellect, sur l'humour, sur l'affect.

Au cours de ces dernières années où mon corps a changé, a mûri et a attiré l'oeil, j'ai voulu maintenir la priorité sur l'intérieur et ce qui en émanait.
Mais je ne dirige pas ce monde, je n'en construis ni les principes ni les valeurs.
A moi de composer avec les deux, de ne plus être étonnée de ce que mon apparence charnelle peut provoquer.
 L'intelligence ou plutôt dans ce cas là, la réflexion, n'ont pas leurs places partout, ne sont pas la priorité pour tous.

* Soupirs *

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Archives du blog

Mes autres pages