dimanche 14 septembre 2014

Pourquoi quand on me « traite de Blanche », cela me vexe.

J'y pense parce que ces temps-ci, je ne me suis jamais sentie AUTANT en ébullition au niveau de mes idées, de ma pensée, de mes croyances.
Je m'exprime bien, je me sens à l'aise lorsque je m'exprime, j'aime la cohérence, j'aime échanger et en savoir plus qu'avant d'avoir démarré la conversation.

Je ne me sens pas coincée dans les croyances des autres, je ne condamne pas les choses dès qu'elles ne me plaisent pas, j'essaie de réfléchir à des solutions, de ne pas agir avec mes hormones, ou d'escroquer les gens avec mes théories fumeuses.

Une fois, après un discours que mon interlocuteur a entendu, il m'a dit : " mais toi, tu penses vraiment comme les blancs " et là ça a été le drame.

Cela signifie que seul le blanc est capable de formuler une pensée dans une langue parlée correctement, avec une argumentation logique et fluide, ainsi que novatrice.
Et là, je ne vous cache pas que j'ai été véxée.

Je ne me définis pas comme une femme noire, mais j'en suis une.
Une jeune femme noire qui se construit et apprend à se connaître, à s'accepter d'année en année.
Après m'être libérée de tous ces complexes qui n'étaient qu'une volonté inconsciente de ressembler à ce que je ne serais jamais : cacher ses cheveux sans cesse sous des montagnes de synthétiques par exemple, ne pas accepter que mes racines soient visibles au niveau de mon phénotype.. Je ne peux accepter qu'à chaque parole intelligente, on puisse me qualifier de blanche.

Il n'est pas question de racisme, d'intolérance ou autre mais de fait.

Si dorénavant, j'accepte aisément que l'on me demande d'où je suis originaire sans protester ou froncer les sourcils, en revanche, je n'accepte pas de véhiculer en acquiesçant par une réponse allant dans ce sens là, que seuls les blancs auraient le monopole de l'intelligence. CERTAINEMENT PAS.

Il faut que les gens mesurent leurs paroles un peu.
Les gens n'ont pas su mesurer à quel point l'esclavage et la colonisation ont eu comme effet pervers sur la population noire.

Une estime de soi qui est partie, une vénération de l'autre pour sa blancheur et pour son intelligence supposée génétique qui n'est qu'en réalité le résultat d'une connaissance plus riche de la technique, des faits.

Venir dire à une jeune femme noire qu'elle pense comme une blanche revient à dire que l'unité de mesure de l'intelligence d'un être humain n'est représenté que par le blanc et que toutes les autres populations lui sont inférieures, c'est très culotté. Si énormément d'hommes dans le temps y ont cru dans le passé, je ne partage pas la pensée de ces derniers.

Et généralement, ce sont des noirs qui balancent ce genre d'ineptie lorsque quelqu'un d'autre pensera
 " Tiens, voilà une noire pas comme les autres " 

Si les gens aiment se faire une idée de la femme noire comme étant une femme superficielle, vulgaire, préoccupée par les commérages et les balivernes, vénale et fanatique sans aucun bon sens ni classe, cela ne tient qu'à eux.

En espérant qu'un jour les gens comprendront que la beauté n'est pas une affaire de couleur, et que l'intelligence non plus.
Nous sommes des êtres humains mes chers, en chair et en os avec des aspirations, des goûts, des caractères différents avec certes des traits physiques et à la limite culturels communs mais cela ne vous donne pas le droit de nous considérer comme les mêmes individus parce que ressemblants - même ça ça se discute ! -, payech !

Signé Ryel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Archives du blog

Mes autres pages