Choix de Master

by - 20:06:00

Cette période de ma vie me rappelle la troisième ainsi que la terminale..
Des moments de cette vie scolaire qui dure depuis déjà plusieurs années et durant lesquelles on nous demande de savoir ce que l'on voudrait exercer plus tard.
Devoir choisir parmi les formations proposées celles qui nous intéressent, celles qui sont susceptibles de déboucher sur une potentielle carrière professionnelle nous permettant de pouvoir s'offrir le gite, le couvert et quelques extras.

A tous les niveaux que ce soit dans le second degré - collège-lycée - ou dans le supérieur -université-  je remarque ces personnes en capacité d'influencer notre décision ont les diplômes, certainement les compétences mais tous n'ont pas le tact nécessaire pour annoncer que le projet professionnel souhaité ne tiendra pas la route.

En débutant cette troisième année de licence, j'avais en tête de faire un Master en Migrations Internationales, à 400 km de la maison, sans financement externe mais sans deniers propres puis une thèse et d'enseigner à l'Université Marien Ngouabi à Brazzaville tout en ayant un QG aussi luxueux que celui de l'Oncle Wilfried.

2 mois après la reprise des cours, on me dit que le secteur de l'enseignement supérieur est bouché, que faire 5 ans de thèse supplémentaires pour finalement ne pas décrocher le travail souhaité est une absurdité.
On m'oriente vers le concours de Science Po mi-octobre avec une épreuve de synthèse sur laquelle je ne me suis jamais entraînée ni pendant la licence ni en autodidacte.
Et finalement, on me conseille tantôt de me spécialiser dès le Master dans le secteur de Science Politique Africaine tandis que pour d'autres, on me recommande de pouvoir m'orienter vers quelque chose de plus général.

Avec tout cela, je ne sais plus où donner de la tête.
On nous demande de choisir quelque chose que l'on aime, mais combien d'entre eux ont choisi des filières dans lesquels les avantages monétaires étaient conséquents ?
 Combien ont choisi un métier pour un temps et/ou par dépit en espérant secrètement qu'un jour l'opportunité de pouvoir saisir ce qui est désiré vienne se dandiner devant sa porte ?
Je n'ai pas envie de faire ce que l'on me conseille de faire tout en étant frustrée de l'intérieur car ce n'était pas ce que je voulais faire.

Aujourd'hui une idée m'a traversé l'esprit : arrêter les études durant un an pour travailler afin d'économiser - que ce soit pour un logement ou pour une école - mais également de passer mon permis ainsi que de me préparer au concours pour un institut d'études politiques qui m'intéresse grandement
Une année loin d'être sabbatique mais qui aura pour but de pouvoir prendre un peu de distance avec les études : 18 ans quand même et de pouvoir accumuler un capital financiercar ma volonté aussi grande soit-elle n'aura aucunement le dernier mot sur l'aspect financier.

Les choix ..

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence