mercredi 3 décembre 2014

Coopération difficile : pourquoi j'apprécie peu de travailler en groupe.

 Toumani Diabate - Tubaka ♫♫♫



Je travaille sur ce projet de club de lecture qui m'a redonné de la motivation dans d'autres pans de ma vie personnelle.
Cette sensation de m'investir dans quelque chose qui me tient à coeur, cette envie de faire les choses comme il se doit de façon à les présenter convenablement aux habitués car la proximité avec les uns n'induit pas un bâclage de ce qui leur est présenté cette exigence que l'on met dans un projet public et que l'on souhaite appliquer à soi-même dans cette période de motivation à géométrie variable. 

Seulement voilà, une fois les réjouissances passées, les compliments qui ont fusé, j'ai cette impression que la coopération ne fonctionne pas.
Les délais ne sont pas respectés, les tâches attribuées, les services demandés... Tout traîne alors que la date approche. Or, je n'aime pas travailler dans la précipitation, à la dernière minute.
Cela m'agace toujours car oui je connais également cela avec le travail de groupe en classe.
Je ne me souviens pas avoir travaillé en groupe une seule fois et que la coopération se soit passée avec le respect de l'emploi du temps de chacun, de la prise en compte de l'emploi du temps de l'autre.
Je mentirai, les TPE en première se sont hyper bien passés : Amélie et Florian étaient top niveau organisation

Je trouve ça pénible de dépendre des autres membres d'un groupe surtout lorsque ces derniers n'effectuent pas les tâches qu'il faudrait au moment où ils le devraient. 
Je ne parlerai pas ici de manque de respect mais plutôt de non considération ou non prise en compte que le temps que chacun accorde à un travail de groupe que ce soit scolaire, associatif, professionnel et j'en passe pourrait être utilisé à faire autre chose.
Les gens ne comprennent pas que si tous les membres du groupe réagissaient ainsi, il n'y aurait rien. Tout le monde n'aime pas le à peu près, la désorganisation.
Et même si tel est le cas au niveau individuel, cela ne signifie pas que cela devrait l'être au niveau collectif.

Mettre des coups de pression aux gens, ce n'est pas un kiff éternel.
Au départ, on en rit, on paraît un peu exigeant(e) mais là, j'avoue que je commence juste à perdre clairement patience....
Combien de projets qui plaisaient à certains membres du groupe ont fini par dégoûter les plus passionnés à cause du manque d'investissement des autres ? Vraie question, j'aimerais bien savoir. 
Je ne veux pas laisser tomber seulement je n'aime pas paraître insistante à ce point, obnubilée par un projet mais sincèrement se sentir SEULE investie dans un projet quand les autres semblent ne pas s'en soucier plus que cela, ça fout le seum ...

Signé Ryel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Archives du blog

Mes autres pages