Quand Mos Def cite le poème que l'Oncle m'a offert en août dernier...

by - 05:25:00

Anthony Hamilton ft Sunshine Anderson - Last Night ♫♫♫

Ma nuit a été interrompue par ma cage thoracique qui me démangeait, par mon nez qui ne faisait qu'expulser ce qu'il pouvait...
En regardant les nouveaux titres des articles des blogs auxquels je me suis abonnée via Blogger, j'ai vu « MOS DEF S'EXPRIME SUR L'AFFAIRE FERGUSON ET LA DISCRIMINATION AUX ETATS-UNIS »

J'aime beaucoup ce que véhicule cet artiste, Mos Def/Yasiin Bey : j'ai aimé certains de ses morceaux de musique, j'ai aimé ses apparitions dans certains films mais également dans la saison 6 de Dexter, qui est une saison très spirituelle.
Il semble être quelqu'un d'engagé, utilisant son intellect et sa notoriété pour différentes causes : voir l'expérimentation de l'alimentation forcée subie par les prisonniers de Guantanamo 

Bref, je lisais donc l'article et là je vois les prémisses du poème que mon Oncle m'a donné il y a de cela plusieurs mois.
Il y a quelques mois, je confiais à mon Oncle mon envie de quitter le cocon familial, mon ressenti quant à ma solitude supposée, ma déception au niveau du relationnel.
Avec cet Oncle, j'ai cette impression que je peux tout aborder sans nommer quoi que ce soit, et j'aime ça. Il reste un parent, il reste mon parent et par conséquent, les paroles seront toujours prononcées dans le but de me faire adhérer à la vision qui se rapproche de la sienne.
 Cependant il m'a lu un texte, qu'il a fini par m'offrir. Le texte a pris le Ice Tea dans mon sac, la semaine dernière, cependant il reste toujours lisible et bien évidemment exploitable.
Le voici :

« Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence. 
Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement  et clairement votre vérité ; et écoutez les autres, même le simple d'esprit et l'ignorant ; ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit. 
Ne vous comparez avec personne : vous risquerez de devenir vain ou vaniteux.. il y a toujours plus grands et plus petits que vous.
Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. 
Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit-elle, c'est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps.
Soyez prudent dans vos affaires ; car le monde est plein de fourberies.
Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe ; plusieurs individus recherchent les grands idéaux ; et partout la vie est remplie d'héroïsme.
Soyez vous-même. Surtout n'affectez pas l'amitié.
Non plus ne soyez pas cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l'herbe.
Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d'esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. 
De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.
Au-delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles, vous avez le droit d'être ici. Et qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devrait. 
Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui et quelles que soient vos peines et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme.
Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez positif et attentif aux autres.
Tachez d'être heureux. »

Trouvé dans la Cathédrale Saint Paul de Baltimore en 1692. Auteur Inconnu.


J'ai commencé à m'interroger sur la raison de mon existence il y a quelques années sans que ceux qui m'ont donné la vie ou ceux qui l'ont peuplé puissent avoir de réponses.
Dans les moments difficiles, on se demande ce que l'on fait là, à quoi on sert, que serait le monde si nous n'étions pas là : des questions existentielles qui peuvent être de vraies révélations pour les uns ou le début de la fin pour les autres.

J'ai ce texte avec moi quasiment tout le temps, je le relis lorsque je me mets à douter de moi, de mes capacités, du dessein qui est et sera le mien.
Je n'ai aucune idée de ce qui est la vérité, je ne sais pas non plus ce qu'il adviendra de moi dans tant de temps, avec qui et pourquoi. Mais j'aime cette idée de dire que je maîtrise ma pensée, que je maîtrise ce qui passe par ma tête et que cela peut rejaillir dans la réalité extérieure que je vis également.

J'aime ces textes qui nous redonnent tout une interprétation nouvelle, un souffle neuf à notre existence. J'aime cette sensation que nous sommes capitaines de nos âmes et que nos croyances devraient nous aider à mieux vivre, mieux nous comprendre.

J'espère que ce texte vous inspirera autant qu'il m'a inspirée.
Soyez heureux chers lecteurs.
Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence