samedi 7 mars 2015

Cette distinction que je fais entre pote et amie.

Emilie King - Every Part ♫♫♫

Depuis mon plus jeune âge, j'essaie de trouver l'équation parfaite pour l'amitié. 
J'ai passé beaucoup de mon temps à m'interroger sur la viabilité de certaines relations amicales, leur emplacement, leur importance.
Comme j'ai pu vous l'écrire dans certains articles, j'ai pris du temps pour comprendre que tout le monde avait son importance, peu importe les différences de niveaux concernant cette importance. 
Aujourd'hui, j'estime qu'il existe trois catégories dans les relations amicales : 

- Les amis
- Les potes
- Les connaissances

On peut beaucoup aimer quelqu'un qui ne se trouve pas être notre ami(e).
Par ailleurs, il se peut que nous soyons l'ami(e) de quelqu'un sans que cette personne ne soit notre ami(e).
J'ai pris conscience qu'il y avait ces personnes avec qui nous rions beaucoup, nous échangeons beaucoup mais qui ne seront probablement jamais nos amis pour les raisons que j'expliciterai ci-dessous. 

Avec ces personnes, nos échanges tourneront autour de l'amusement, des sujets phares de personnes qui se retrouvent : les études, le boulot, les amours, les sorties, les petits projets.
Cette personne peut connaître nos frères et soeurs de noms, peut connaître nos proches, savoir ce que nous faisons dans nos vies globalement, s'approcher approximativement d'une description plus ou moins juste de notre personne mais j'estime que certains ne seront jamais nos amis pour la raison suivante : la PROFONDEUR.


Full Create & Mar x Eric Roberson - She Was Fly ♫♫♫

En écrivant ce post, j'ai en tête deux personnes que j'apprécie beaucoup dont une qui fait réellement partie de ma vie, qui est très présente dans mon existence et qui connaît ceux qui la compose, quelqu'un que je connais depuis plusieurs années maintenant mais n'a jamais fait l'effort de creuser au-delà de l'image que j'ai pu véhiculer. Nos conversations ne tournent autour que des mêmes sujets futiles, et lorsque j'ai pu évoquer mes tourments, mes peines, cette personne n'a tout simplement pas su m'écouter, me donner des conseils pertinents. Je ne lui en veux pas, c'est ainsi. 

Je me suis rendue compte que mes amies n'ont jamais essayé de prétendre être des gens qu'ils n'étaient pas auprès de moi, que leurs confidences étaient entières et non teintées de demi-mots parce qu'à moitié honnêtes. Ils ont su s'intéresser à moi au-delà du personnage public que je suis, au-delà de ce que je donne à voir. Aucun d'entre eux n'a rusé pour ma perte ou mon malheur.

Et fondamentalement, malgré nos différences de goûts, d'appréciation, d'aspirations, j'ai toujours partagé avec mes amies ces valeurs qui nous unissent et qui nous traversent.
Nous avons chacun des définitions similaires de la loyauté, de la franchise, de la confiance, de l'honnêteté, l'humilité, l'envie d'apporter du positif à l'autre.

Cela nous permet, non pas de nous connaître par cœur - plus que jamais, j'ai envie de dire que nous ne connaîtrons jamais personne par coeur - mais de comprendre jusqu'où on peut aller avec telles personnes, quelles sont ses limites, ce que l'on peut apporter. Et je pense qu'il est plus que nécessaire lorsque nous considérons autrui comme son ami(e) de savoir jusqu'où nous pouvons aller, de lui apporter positivement en prenant compte de son contexte de vie, de sa situation sur plusieurs plans.

Les amis géniaux ne sont pas ceux qui font les meilleurs cadeaux, qui sont toujours parfait, ceux qui nous mentent, qui magouillent, ceux qui œuvrent contre nous. Ils nous disent la vérité lorsque nous fautons, lorsque nous sommes ridicules ou lorsque nous brillons. Ils nous soutiennent non parce que nous possédons ou que nous nous exposons mais parce que nous sommes qui nous sommes avec nos erreurs, nos aspirations et nos caractères.

Je tiens à remercier les miens de me soutenir comme ils le font depuis tant d'années.
Angel, Be, Boobs, Kit Kat, Mimi, Mon Canard. 

Ces gens qui m'ont tant apporté, qui m'ont montré que faire de mauvaises rencontres ne devraient jamais être un prétexte pour ne plus croire aux bienfaits que peuvent nous procurer nos amis. Ces gens qui ont une grande connaissance de ce qu'est mon existence et qui ont insufflé de la joie, de la positivité, de la persévérance, de l'amour.

Angel & I
Trouvez ces gens qui vous font du bien, qui veulent votre bien et vous acceptent tels que vous êtes.
Cela ne vous empêchera pas de vous sentir bien seul(e) par moment, seulement cela améliore la vie d'avoir des gens qui nous aiment tout près. Des gens qui deviennent des confidents, des membres de la famille.

Ils ne seront pas seuls, vous serez également entouré(e)s de personnes avec qui vous discuterez de choses avec beaucoup moins de profondeur, parfois moins de sérieux, moins de détails mais qui égaieront vos matinées, vos journées, vos soirées de par ce " petit plus " qu'ils vous apporteront.

Signé Ryel

2 commentaires:

  1. Je retiendrais : "On peut beaucoup aimer quelqu'un qui ne se trouve pas être notre ami(e).
    Par ailleurs, il se peut que nous soyons l'ami(e) de quelqu'un sans que cette personne ne soit notre ami(e)."... :s

    Et j'ai retrouvé dans ton texte un truc que j'avais pensé avec une amie d'enfance : On avait rien en commun mais pourtant on s'appréciait beaucoup au point d'être amies malgré tant de différence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ":s " ?
      Il faut admettre lorsque l'amitié, au sens profond et/ou philosophique, n'est pas réciproque.
      Cette personne nous offre quelque chose en échange de la profondeur que nous lui exprimons.
      Ne pas négliger les petites relations. Mais être consciente de ce que les gens ont à nous offrir ou non.

      Quant à ton amie d'enfance, quelque chose vous liait, non ? Qu'est ce que c'était ?

      Supprimer

Votre présence

Archives du blog

Mes autres pages