mardi 14 avril 2015

Les gens ne savent pas se disputer.

Une action qui déplaît, un désaccord sans aucun consensus en vue.. Une perte de contrôle conduit à une élévation de la voix, à des mots lancés de part et d'autres et nous voilà au coeur d'une dispute.

Seulement, je remarque que dans les disputes que nous pouvons avoir, dans beaucoup de cas, la dispute finit par ne plus concerner ce pour quoi nous nous sommes tombés dessus.
D'où mon impression que les gens ne savent pas se disputer.

Dans les cas auxquels je pense, la dispute n'est pas la revendication de quelque chose ou le reproche d'une autre chose survenu précédemment. La dispute devient le moyen de déverser ce que l'on a sur le coeur, ces réflexions qui n'ont pas eu le courage de sortir au moment où elles auraient du et qui deviennent les arguments d'attaque des personnes qui ne font que répondre de façon inattendue et agressive à une interaction, qu'elles ( les personnes ) considèrent comme étant une attaque.

J'ai pu faire ce constat ces dernières semaines dans des disputes plus ou moins violente.

3 cas de figure :
  • La personne n'a pas fait ce qu'elle devait faire et son inaction a eu des conséquences sur une organisation. Au lieu de reconnaître son tort et de dédramatiser la situation, la personne a jugé bon de balancer des propos tels que la réaction de l'autre était liée au fait que leur relation personnelle n'avançait pas, et qu'il fallait que dire les choses plutôt que de les cacher. Finalité ? Hurlements, fou rires au rendez-vous, distance et froideur intersidérale.
  • La personne a émis une série de commentaires en faisant des rapprochements estimés grotesques par son interlocuteur. Pour ne pas envenimer les choses, l'interlocuteur a préféré mettre fin à la conversation et il s'est avéré que la personne dans un état d'énervement ultime s'est mise à hurler, injurier voire même devenir violente à l'égard de l'interlocuteur... 
  • La personne se voit reprocher quelque chose et plutôt que de reconnaître : un historique de tout ce qui a été fait depuis 2013 a été prononcé. La conversation a pris une tournure particulièrement tensionnelle et des portes ont claqué
© Photo de Lyazid Bounnit
En somme, ce que je peux dire, c'est que les gens dans leurs disputes semblent oublier l'amour qu'ils portent à leurs proches et au-delà de cela, à quel point les mots peuvent marquer et blesser.
Même si on aime la tranquilité, il nous arrive de nous disputer avec nos proches. Mais s'il y a bien quelque chose qui marque, ce sont ces reproches qui n'ont rien à faire dans des situations précises.

Cela traduit que tout ce qui devrait être dit ne l'est pas et cela amène à des frustrations. Des frustrations, l'accumulation de reproches qui ne sont pas de bons éléments dans une relation à considérer comme saine. 

S'aimer, c'est dans les bons tout comme dans les mauvais moments. S'aimer, c'est se dire aussi lorsque ça va et lorsque ça ne va pas. 

Communiquer avec les vôtres, et que vos disputes ne soient pas l'explosion de ressentis datant de 2007. Si certains supportent, d'autres personnes telles que moi ne supportent pas ces situations qui donnent la sensation que tout ce qui est retenu est caché sciemment par l'autre. Cela peut être douloureux, rageant, exténuant. 
Signé Ryel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre présence

Mes autres pages