Destins de femmes.

by - 21:47:00

Maxwell - This Woman Work ♫♫♫

Avant de commencer ce post, je tiens à exprimer mon intérêt croissant pour le cinéma oriental.
Au cours de ces mois en tant qu'UGC Illimité , j'ai eu l'occasion de voir plusieurs films venant du Proche et du Moyen-Orient : Mon fils, Taxi Téhéran, Fin de Partie par des réalisateurs venant de la zone israelo-palestinienne/palestino-israelienne, de l'Iran, de Turquie et j'aime cette manière de nous faire découvrir les paysages, les cultures, les coutumes, les joies et les drames inhérents à ces pays non occidentaux.

Je remarque que chaque pôle de cinéma a sa façon de faire des films et à force de voir du cinéma occidental notamment américain, on en est très surpris par la manière de tourner, la façon d'aborder certaines thématiques, la chute de l'action. Je vous avoue que j'en suis ravie. J'en viens même à penser que le film est en réalité un documentaire-réalité tellement le jeu d'acteur diffère, l'humour se loge ailleurs, de manière plutôt subtile.

Bref.. Aujourd'hui, je suis allée voir Mustang au cinéma.
L'histoire de ces cinq soeurs turques -orphelines et élevées par leur grand-mère - qui voient leurs destins basculer à la suite d'un jeu d'eau interprété par les dires d'une voisine comme étant des jeux obscènes.
Les soeurs voient ce qui est considéré comme des privilèges supprimés ( Internet, téléphones, sorties, tenues décontractées, école). Par ailleurs, elles assistent impuissantes et ce malgré leurs efforts pour lutter à la transformation de leurs quotidiens et de leur lieu de vie. L'une d'elles utilise le terme  « Usine à épouses ». Elles apprennent à faire les plats traditionnels, à coudre, à s'habiller de façon plus ample, à servir le thé, dresser la table et voient tour à tour les prétendants, les familles de leurs époux, les habits de cérémonies.


J'ai trouvé ce film extrêmement bien fait. J'ai aimé voir ce processus, voir que les destins de ces cinq soeurs malgré leur caractère collectif étaient divergents par les rencontres, les actions, les habitudes de ces cinq êtres singuliers qui sont à la fois proches et distants.
.
En aucun cas, je ne diaboliserai la culture turque pour ce que j'ai pu voir dans ce film, bien au contraire. Et au-delà même de la culture turque, je remarque à quel point, il existe des points communs entre les cultures non occidentales du monde entier. L'Occident est à placer à part non pas parce qu'il est plus avancé que les autres mais parce qu'il a accepté de tronquer certaines de ces coutumes pour de nouvelles qui se regroupent sous le nom de modernité et d'évolutionnisme.

En voyant, ces jeunes filles lutter ou au contraire s'abandonner aux desseins qui leur ont été choisi, je me suis dit à quel point, il était compliqué pour une femme de tracer son chemin sans que des considérations religieuses, culturelles, familiales qui sont finalement sociétales et sociales interviennent.

Les femmes voient leur féminité toute entière réduite à des compétences domestiques qui feraient d'elles des femmes « digne de ce nom » capable de tenir un foyer => Je ne retrouve plus la citation dans laquelle on dit "Qui a dit aux femmes qu'elles obtiendraient la considération d'un homme dans leur combat contre la saleté ? " ; elles voient leurs valeurs réduites à l'(in)activité de leurs vulves et je ne peux que constater cette quête de la virginité de certains si ce n'est pas de beaucoup d'hommes.

J'ai pris conscience que les traditions peuvent représenter énormément pour certaines familles mais que le poids de celles-ci pouvait être foncièrement différent en fonction de là où nous vivons et du contexte social.
Être dans un pays (voire une localité de petite taille, en coin reculé) où les traditions s'inscriraient presque à la même hauteur des lois nationales est différent de se trouver dans un pays (ou une ville) qui s'urbanise, qui voit évoluer ses mœurs en même temps que son avancée technologique.

À travers les nouvelles qui me viennent du monde entier, je vois que le combat des femmes s'observe à différents niveaux : si dans certains pays, on lutte pour des égalités salariales, dans d'autres les femmes se battent pour le droit de décider quand elles se marieront, le droit de dire NON à une proposition sexuelle, le droit de conduire une voiture, de mener leurs existences comme elles l'entendent ou plus basiquement de vivre tout simplement.

Je pense sincèrement que chaque femme devrait avoir le courage de prendre certaines décisions aux retombées redoutables afin de mener la vie qui pourrait lui convenir. Il y a certaines choses que nous ne maîtrisons pas, mais il y a d'autres décisions qui nous appartiennent et que nous devons prendre en dépit des conséquences sous peine de voir notre existence dirigée par un être extérieur à nous. De quel droit ?

Mon petit cri du coeur est fini.
Je vous souhaite une excellente soirée
Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence