Formalisme.

by - 19:32:00

Hello les lecteurs,


Je ne vous cache pas que j'ai de l'appréhension en écrivant ce post mais .. je me lance.
Je pense m'être rendue compte que je suis de ces personnes qui n'ont pas une vie simple et qui de surcroît ne font rien pour la simplifier au maximum.

De ces personnes qui créent du lien social facilement, qui parviennent à mettre l'autre à l'aise, je suis également celle qui n'a pas su accepter l'âge qu'elle avait à un moment clé de l'existence : les débuts de la construction de soi. Le savant mélange entre l'envie inconsciente d'être plus âgée qu'en réalité, les conséquences des déceptions, trahisons, abandons ont donné la création d'une barrière entre les gens et moi-même. Cette barrière que je suis la seule à voir au départ et que les gens finissent par constater à chaque interaction entre nous durant laquelle, je suis formelle. 

Entre les SMS signés, les « au plaisir », « bien à toi », « Je t'embrasse », « À la prochaine » sans oublier de rappeler les prénoms (voire les noms de famille) des personnes à qui je m'adresse comme s'ils n'en avaient aucune idée * Rires intérieurs * j'en ai même oublié de répondre aussi spontanément que je le voudrais en disant : « moi aussi, ça m'a fait plaisir de te voir, j'ai kiffé les bonnes vibes que tu as envoyées. On ne se perd pas de vue et on se capte rapidement. ».

Par ce formalisme qui, selon Double, « fait côté professionnel » et qui pour le frère « finit par jeter un froid et me faire sembler coincée du cul, hautaine », j'ai fini par donner une image de moi qui est à des années lumières de la personne que je suis et de ce que je veux véhiculer. 

« Des gens me voient comme froide, bourgeoise, mais je ne vais pas passer mon temps à essayer de me réconcilier avec des gens que je ne connais pas. »
Catherine Deneuvre

C'est dans ce genre de moment que je me dis que je dois prendre la vie autrement, agir autrement et non comme si j'étais constamment en représentation.
Je me dis que je n'ai pas à faire payer à autrui pour les erreurs d'untel il y a X années, que je n'ai pas à me retenir de rire aux éclats, de me lâcher en me disant que tel privilège est réservé à mon cercle.
En écrivant cette phrase, j'ai pensé au bel article de Yann M. intitulé « Les leçons de Berlin » 

« Détends-toi» : ce genre de conseil n'est pas si facile à appliquer pour certaines personnes qui ont perdu cette habitude et/ou pour qui la méfiance a pris le dessus sur le « chilling » et les bonnes ondes. Par ailleurs, toutes les personnes n'ont pas ce temps là à consacrer à autrui pour passer cette barrière : certains s'en vont soûlés, agacés sans même avoir vu ce qui se cachait derrière.

© October, 2016 - To Triple K
Je pense réellement que certaines manières d'agir et de penser peuvent devenir lourdes et handicapantes.
Je vais tout faire afin de vivre le plus simplement possible, avec mes objectifs et mes rêves en exigences mais également avec moins de certitudes, moins de pression qui s'applique à quasiment tous les pans de mon existence. Sinon pour être honnête, mon coeur et mon cerveau ne tiendront pas 100 ans !

Il est important de ne pas envisager les relations humaines d'un côté trop formel en dehors de la sphère de travail, et en particulier avec des gens que l'on apprécie.

Excellent dimanche ensoleillé, un bon moment pour la fête de vos pères, chers lecteurs.
La construction de soi continue, de façon plus légère, je l'espère.

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence