Élever l'enfant d'une autre, fille-mère & cie ..

by - 22:34:00

Personne n'avait imaginé que les actes d'amour d'un couple de jeunes pourraient produire des conséquences aussi grandes dans la vie de tout un ensemble d'individus : ils étaient jeunes, ils ne l'avaient pas prévue ; leurs parents non plus étaient loin d'imaginer que leurs aînés respectifs leur donneraient une petite fille aussi jeunes ce qui bouleverserait les vies des concernés mais également celles de leurs fratries, de leur entourage d'une manière ou d'une autre...

ARCHIVE - Mon Amour et moi, en décembre 2008.

Avant sa venue, je me souviens que ma vie était traversée par des émotions telles que la colère, la haine, la rancœur qui en faisaient qu'accentuer mon attitude rebelle. Son arrivée a changé la donne : elle a apaisé le climat, elle a adouci les relations fraternelles conflictuelles pour laisser place à une trêve sans nom. Elle nous a permis de former de nouveau un ensemble peut-être pas homogène mais un cocon suffisamment soudé pour la chérir comme elle le méritait.

Pour la première fois, j'apprenais réellement à m'occuper d'un enfant sans limite de temps ; j'avais conscience que cet être fragile dépendait uniquement de nos soins et de notre bonté à son égard.
J'ai veillé, j'ai participé et contribué à élever un enfant. Cela n'a pas toujours été facile, beaucoup de moments difficiles et d'incompréhensions venant de l'extérieur mais il y a tellement de moments qui en ont valu la peine.
Une enfant que je n'ai pas sortie de mes entrailles certes mais pour laquelle j'ai été présente à chaque étape de son existence, une enfant pour laquelle j'étais là quand ses propres parents n'avaient ni la force ni la possibilité d'être à ses côtés.

Quand on a 15 ans en Ile de France, on commence à découvrir la région, prendre le train, sortir avec les copines et parler garçons.. Pour ma part, j'occupais le rôle de petite maman tellement obsédée par l'idée qu'un garçon me ferait l'amour avant de m'abandonner avec ma progéniture que je m'étais interdit les relations amoureuses, je préférais être la conseillère en chef.

Avec du recul, je repense à cette période en dehors de mon point de vue subjectif et je revois mon aînée digérer la rupture amoureuse et le départ du père de l'enfant, passer son bac, rentrer dans la vie active,  tout en supportant ces regards sur elle la jugeant, la qualifiant en fonction de cette vie qu'elle avait donnée. Je la vois se battre pour payer ses factures, pourvoir aux services nécessaires pour la garde d'un enfant dont la mère célibataire travaille (assistante maternelle, cantine, centre de loisir) et je suis fière d'elle.

Si fière qu'elle ait pu trouver la force de se remettre de cette histoire qu'elle aurait voulu voir perdurer à tout jamais et en démarrer une autre qui lui a permis de donner la vie une seconde fois ; si fière qu'elle ait pu reconnaître ses erreurs et accepter ses torts ; si fière qu'elle ne se soit jamais laisser abattre alors qu'elle aurait pu.

ARCHIVE - L'aînée et l'amour en 2010
Je lui suis également reconnaissante d'avoir mis au monde, cette petite fille qui me comble de bonheur. Pour moi, cette enfant est l'amour de ma viela première enfant de la Ry-progéniture.

J'ai une forte pensée pour ces femmes de tous temps qui ont eu la force d'éduquer, de donner de l'amour à ces enfants qui ne sont pas les leurs ; j'ai pensé à cette déchirure qui est d'admettre que l'enfant tant aimé n'est pas le nôtre et que par conséquent, il finira par rejoindre son parent que ce dernier soit digne ou non d'être considéré comme la personne qui a autorité sur l'enfant en question.

FMD

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence