Les commérages, ce loisir d'ennuyé(e)s

by - 10:38:00

Voilà plusieurs mois maintenant que je travaille avec un ensemble de personnes qui réunissent énormément de différences tant au niveau de l'âge, des origines, des diplômes que des parcours empruntés et à venir.

Pour moi, qui aime en connaître davantage sur le parcours d'autrui, je trouvais que cela était une véritable mine d'or pour les échanges et les inspirations de la vie quotidienne.
Des gens qui voyaient dans le métier qu'ils occupaient une véritable passion ou un simple complément de revenus ; des personnes passionnées par l'humain ou en transition le temps de passer à une autre étape professionnelle...

Seulement le temps a passé, et en conversant avec l'autre, on s'aperçoit de ses forces ( qu'il/elle n'hésite pas à mettre en avant) mais également de ses travers. Le commérage est un des travers que j'ai le plus retrouvé parmi ces travers.
En cherchant ce qu'était un commérage sur Google, j'ai eu le droit à cette définition : « Babillage d'une personne sur un sujet impliquant souvent une autre personne. ».  À celle-ci j'ajoute que le commérage est cette manie de parler sans savoir, de faire courir des rumeurs, discuter de ce que l'on ignore dans le seul but de tromper son ennui, car oui, ces gens-là s'ennuient. Comme toutes les commères du monde j'imagine.


Je me demande à quel point la vie peut être ennuyeuse pour réinventer la vie d'autrui, de se soucier plus que de raison de ce que l'autre a bien pu faire ou ne pas faire, vivre ou ne pas vivre, qui il a pu fréquenter, avec qui il a pu se chiffonner plutôt que de son propre cas. Se mêler des affaires des autres est plus naturel que de se préoccuper de son cas, mais quand on a fait ce travail de réduire les commérages au maximum de ses sujets de conversation, c'est assez désagréable à entendre, même sans être concerné...

Ma foi, il faut de tout pour faire un monde, mais celui du travail semble avoir des similitudes qui restent dérangeantes.

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence