Les conséquences de mes incultures.

by - 17:40:00

Il y a quelques mois déjà, une grande campagne faisait rage pour promouvoir le film N.W.A : Straight Outta Compton.

Ne m'y connaissant pas en rap, mais étant cinéphile, j'ai vu devant le cinéma de Bercy une immense queue avec des gardes du corps et j'ai demandé à un des membres du personnel d'UGC qui était attendu : ce dernier m'a répondu que l'équipe du film était attendue pour une avant-première.

Ayant apprécié Barbershop et écouté " Still Dre " en boucle, je savais de qui on parlait lorsque l'on évoquait Ice Cube et Dr Dre mais pour le reste, inconnus au bataillon. Sachant que j'avais quelques abonnés/abonnements qui parlaient du film et habitant dans le coin, j'ai voulu faire suivre l'info et pour ne pas paraître inculte (raté pour le coup), j'ai voulu mettre le nom d'un des autres se trouvant sur la grande affiche déployée sur la façade du cinéma. Et évidemment, il fallait que je choisisse le nom de la personne qui était morte depuis presque 10 ans ! Et pour ne rien manquer, j'ai conclu avec le mauvais acronyme.


Un des Twittos a pris un malin plaisir à marquer d'autres personnes sur mon tweet et à se moquer sans me dire ce qui n'allait pas. Puis quelqu'un a enfin eu le courage de me dire que Eazy-E était décédé en 1996 et que c'était NWA pour Niggaz Wit Attitudes.

Les réactions ne se sont pas faites attendre : ce tweet a été repris ( retweetés voire cités) maintes et maintes fois par de nombreuses personnes et les mentions à mon égard allait de la simple ironie aux insultes sur ma personne en passant par du sexisme, de la simple méchanceté, de la grossièreté gratuite.

Et tandis que je lisais les notifications qui affluaient en quantité à mes frères et soeurs qui étaient les premiers à me dire que j'avais déconné, que j'aurais du vérifier ce que je racontais, que je n'étais vraiment pas intéressée par la Street culture, le rap et qu'aujourd'hui, je le payais... je me suis rendue à ce moment-là que les gens sur Internet n'ont aucune retenue, aucune tolérance et que pour beaucoup faire la part des choses ne fait pas partie de leur priorité. 

À ce moment-là bien que sereine, à une échelle toute autre, j'ai pu comprendre ce que pouvait ressentir les gens qui se sentaient harcelés sur Internet s'ils ne se détachent pas de ce que les gens peuvent écrire d'eux.
Tout le monde n'a pas le réflexe de fermer son onglet et de se dire que ces gens qui peuvent être insultants à notre égard deviennent insignifiants et inexistants quand on ferme une page Internet.
Tout le monde n'a pas la réflexion de se dire que même si son erreur est maladroite, se faire qualifier de " Vulgaire fille facile " pour ne pas avoir su qui était un ancien artiste dont on ignorait l'existence est un abus dont on ne doit pas tenir compte pour se représenter.

En guise de conclusion, je tiens à dire que j'ai vu le film par la suite, que j'ai beaucoup aimé la manière dont le contexte politique, économique et social a été lié à l'histoire de l'ascension du groupe NWA. Une production US dans toute sa splendeur, triant ce qui devait être mis ou pas, avec ses héros et ses déchus. Je ne referai plus l'erreur :)

Je vous laisse avec les charmants tweets dont je vous parlais :
















Signé Ryel

Dans le même genre..

2 commentaires

  1. Voilà entre autres pourquoi même ci je bosse dans l'informatique, je ne suis pas fan de l'utilisation que les gens en font ...pfffff tous ça pour ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je le comprends parfaitement !
      Maintenant si on s'arrête à la cruauté des gens, on ne fait plus rien !

      Supprimer

Votre présence