dimanche 21 février 2016

Interférences.

J'étais de ceux qui pensaient que ce que nous faisions sur le net, tant que cela n'était pas vu par des millions de personnes ou par nos proches étaient intimes. Puis avec le temps, j'ai pris conscience que ces choses que je partage avec vous ont vocation à être vues, à être lues et partagées avec d'autres sans que je n'en sois avertie, c'est le principe. Mais, dernièrement, je comprends que parmi mon lectorat, certains proches y figurent. Certains proches qui ne se contentent pas de lire ce que j'écris, certains proches me demandent des comptes sur ce qui a été évoqué et adaptent leurs comportements sans qu'ils ne soient forcément concernés.

Après une publication que je pensais tout à fait anodine, je me suis retrouvée à devoir justifier celle-ci auprès de bon nombre de mes amis Facebook qui se trouvent être également mais surtout des membres de ma famille.


Je ne suis pas une personne de nature cachotière. Mes secrets ne me mèneront pas une fois sus en prison, en institut psychiatre ou à l'exil. Cependant j'avoue que ces situations dans lesquelles je suis dans l'obligation d'expliquer quelle a été ma pensée, pourquoi ai-je penser à exposer cela m'exaspèrent.

Cette façon que les proches peuvent avoir de suivre notre actualité sur Internet, de s'insérer dans certains pans de nos interactions dans lesquels on ne les attendait pas spécialement a parfois le chic de m'énerver.

Quand j'évoque mon besoin d'écrire, j'omets souvent de préciser que : 

lorsque l'on ne veut pas que les choses soient sues, on les tait. 
lorsque l'on ne veut pas que les choses soient lues, on ne les écrit pas.
lorsque l'on ne veut pas que les choses soient sujettes à débat, on ne les dit pas. 

Disons que cela fait partie du jeu, et que c'est à moi de ne pas laisser ce que mes proches diront à la vue de mes activités Internet changer ma fréquentation des réseaux sociaux, transformer ce que je souhaite déposer ici ou ailleurs sur le net pour que cela glisse mieux dans leurs petits cœurs

Signé Ryel

2 commentaires:

  1. C'est pour ce genre de raisons que je suis bloquée dans l'écriture quand je sais que je suis lue. Je trouve que ça bloque le rapport à l'écriture, à nos émotions de penser à comment le texte va être perçu par X ou Y. C'est moins authentique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je le pense également. Seulement, j'aime ça et il est hors de question que je me bloque, que j'omette certains faits ou filtre les endroits où m'exprimer pour que cela passe crème.

      Qu'on nous laisse écrire en paix !!

      Supprimer

Votre présence

Mes autres pages