Positivité, respect & cie

by - 22:00:00

Niagara Falls Road, août 2016
Hello les lecteurs,
Comment vous portez-vous ?
Je suis un peu fatiguée mais je suis bien portante.

Vous savez, ce n'est pas facile de rester positive alors que certains événements attristent, désespèrent, agacent, rendent hors de contrôle. 
Ressentir des émotions, c'est tout à fait naturel ; laisser les émotions nous habiter, c'est autre chose.
Dans notre vie quotidienne, dans les interactions journalières avec chacun/e, avec nos petits et/ou gros tracas, ça n'est pas toujours évident de constater notre situation, de s'en plaindre puis de se redonner du courage pour affronter, lutter et enfin TRIOMPHER.

Il y a encore un lustre (5 ans) voire un peu plus, j'étais très défaitiste : je visionnais grand et autour de moi, les choses restaient en l'état. 
Le drame faisait partie intégrante de ma vie : dans les événements qui survenaient dans mon existence, dans ma façon de réagir face aux imprévus fâcheux qui survenaient, dans mes anticipations d'avenir mais également dans mes angoisses, dans mes choix cinématographiques.

La déprime semble être un état d'esprit tellement accommodant : on se complaît dans un état de spleen non élevé dans lequel on ne vise pas très haut pour ne pas tomber trop bas, on devient cynique car ces choses qui nous font peur finissent par devenir notre réalité.
Je pense que j'étais arrivée à un stade où j'aimais déprimer, trouver dans ces quelques jours voire semaines de laisser aller mental le moyen de ne pas lutter, de ne pas chercher à aller mieux, de ne pas œuvrer à ce qui me rendrait plus heureuse.

Je ne me souviens plus quel a été mon déclic mais aussi loin que je me souvienne, la raison était la suivante : être heureuse et libre de disposer de moi-même comme je l'entendais.
Cela signifiait arrêter de me mentir, de ressasser les mauvaises choses, de fantasmer sur ce qui ne s'était pas produit et ne se produira jamais et par dessus tout chasser la déprime de mes habitudes ! Cela signifiait également de devenir la maîtresse de mes souhaits, de mes actions et de ma manière de gérer les choses.

Lorsqu'une chose n'allait pas dans mon sens, même quelconque, j'avais cette tendance à extrapoler la chose et à en faire toute une montagne ; à réduire toute mon existence à cette chose qui ne coïncidait pas avec ce que je souhaitais et à remettre en cause tout mon avenir. C'est quelque chose que j'ai laissé partir, non sans difficultés, mais qui a radicalement changé ma façon de vivre les événements : une trahison n'est pas synonyme que toutes les personnes ne sont plus dignes de confiance mais que cette personne là a choisi pour des raisons qui lui sont propres d'être déloyale ; un projet d'études qui s'avère être sans débouchés ou avec des suites peu intéressantes monétairement parlant et qui contraint à changer d'orientation professionnelle OU de cumuler plusieurs activités pour vivre bien voire mieux ; ce garçon qui nous plaît et qui ne veut pas de nous sans nous dire pourquoi QUI DE SURCROÎT semble s'amuser de cette situation OU ces garçons qui ne nous veulent que pour nous " casser le dos ".

Les choses arrivent, c'est à nous de ne pas en faire des problématiques de vie ou de mort tant que nous ne sommes pas véritablement dans ce genre de situations. Relativiser sur ma situation m'a beaucoup aidée : parler avec des personnes dans des situations réellement précaires, constater les quotidiens emplis de violence et de faim de certaines personnes, énumérer les avantages dont je jouis chaque jour. Parfois, ce n'est pas suffisant pour canaliser toute la colère, la tristesse et l'amertume que nous ressentons mais cela permet de se demander si le fait de perdre sa carte Imagine R pour la 7ème fois et de devoir payer celle-ci 40€ pour un renouvellement est SI GRAVE que cela.

Jour après jour, avec des jours avec et des jours sans, des échecs cuisants et des victoires fulgurantes, j'ai appris à voir mon verre à moitié plein de jus de pomme ; j'ai appris à me comprendre et comprendre mes sentiments, mes envies, mon corps.
J'ai commencé à m'aimer comme j'étais, en dépit de ces caractéristiques que j'ai désignées comme étant des défauts, avant de penser à celle que je voulais devenir.
J'ai mis ce que je souhaitais pour moi et moi-seule au-dessus des exigences sociétales, familiales, amicales et d'autres cercles. J'ai décidé pour moi-même que je voulais être heureuse, que je voulais découvrir, créer, construire, m'inspirer pour inspirer à mon tour.

Ça n'a pas été une partie de plaisir de changer cette atmosphère négative dans laquelle j'étais mais qui ne m'a étrangement freinée en quoi que ce soit ! Cependant ma vision des choses a totalement été transformée : je crois en cette idée que je peux être moi-même, faire ce que je veux malgré ces choses qui devraient en théorie m'en empêcher. C'est à ce moment-là que j'ai compris que si je m'imposais cette rigueur personne ne pourrait venir piétiner celle-ci car c'est son bon vouloir.
On peut vivre entourée d'âmes défaitistes, de caractères pesants et peu stimulants et ne rien laisser entacher notre énergie positive, nos aspirations les plus sincères, nos rêves les plus fous. Il faut quand même songer à quitter cet environnement contre productif à un moment donné.

Je me sens sur la bonne voie, entretenant d'excellentes relations avec moi-même et par conséquent, de meilleure qualité avec les autres. C'est un véritable soulagement, un vrai bonheur.  J'apprends petit à petit à lâcher prise avec ces relations non nécessaires qui m'attristent et me pèsent ; insister pour ces choses positives qui me tiennent à cœur et que j'estime en valoir la peine.

Cette énergie beaucoup plus saine pour moi me permet de comprendre les moments où autrui me manque de respect au point où je ne peux poursuivre les interactions, échanges et autres familiarités qui n'ont plus leurs places après ce genre d'affront.
Ça me fait vraiment du bien de répondre " Je vais très bien, merci. " à la question " Ça va, toi ? " qu'un bon nombre balance par banalité et non par réel souci car je me sens réellement bien.
Comme je vous le disais dans des posts précédents, je me sens à un véritable carrefour au sein de
mon existence, un moment où de nombreuses décisions que je prends sciemment auront une incidence sur mon futur proche et sur le déroulé de mon existence. Comme c'est excitant !


Portez-vous bien, très chers lecteurs !
Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence