Questions and cie...

by - 01:43:00


Fm'notes du 07.11.2016

Hello les lecteurs,
Comment vous portez-vous ?
Pour ma part, j'ai les yeux qui piquent de fatigue, après ce post, je file dormir.

Il m'arrive de taper Ryel Cosmos dans la barre de recherche et de regarder au hasard des posts partagés ce que j'ai pu écrire tantôt : je me remémore alors les évènements qui ont déclenché l'écriture de ces derniers.

Ce soir, après des semaines à planifier une éventuelle action que certains appelleraient expatriation, d'autres émigration/immigration mais que j'ai aimé appeler " La suite du plan ", je me suis rendue compte que la nébuleuse dans laquelle j'étais résultait du fait que j'avais du mal à suivre le plan initial, lol. Ce n'est pas toujours évident d'avoir accès à tout, comprendre que les possibilités sont infinies et rester dans une situation qui semble ne pas nous convenir au premier abord.

Ma lubie s'est calmée pas plus tard qu'il y a quelques jours et j'espère pour deux ans le temps que je puisse procéder à chacune des étapes nécessaires du plan - N'oubliez pas que rien ne se passe jamais comme prévu et que je suis impatiente ! -

Chacun a ses façons d'exprimer et de gérer son appréhension face à l'inconnu, à son avenir et d'autres situations dans lesquelles nous sommes purement et simplement ignorants. La mienne, ce sont les questions.Je suis Ms Questions.

Je pose beaucoup de questions pour ne pas dire énormément de manière générale sans que celles-ci ne soient intrusives, déplacées ou incorrectes. Pour être tout à fait honnête avec vous, je ne sais pas par quel autre moyen on apprend à connaître l' autre et/ou on obtient la réponse aux questions qu'on se pose si on ne les adresse pas aux personnes qui suscitent un minimum notre intérêt ! JY, un de mes très bons collègues m'a dit que les questions étaient l'un des moyens les plus efficaces et les moins détournés de déclarer le souhait de connaître une information précise.

Et je comprends aujourd'hui que cette manie de poser des questions sans cesse me fait parfois paniquer pour rien. Paniquer car j'imagine et anticipe sur des situations qui sont le fruit de peurs donnant matière à des configurations qui n'ont pas eu lieu et qui ne se présentent généralement jamais à moi.

Quand on me demande de moins réfléchir, cette remarque me semble d'une simplicité gênante car si beaucoup pensent que profiter de la vie, se laisser aller et savourer consistent à laisser son intelligence au vestiaire par là, j'entends sa jugeote au vestiaire, je ne suis pas de ces gens-là

Cependant se poser mille questions n'empêchent pas de vivre, de savourer mais si on ne parvient pas à se ressaisir avant, on finit par prendre nos peurs pour des réalités imminentes et des obstacles infranchissables. Et c'est là que la détermination et la peur peuvent s'affronter. Or j'estime qu'avoir peur n'est pas une mauvaise chose. Il faut savoir lui donner un sens, une direction, une ligne directrice.

Oublier ses projets bien ficelés par impatience, rêver d'un ailleurs et se plaindre chaque jour au lieu d'y travailler, se poser 100 fois les mêmes questions alors que l'on sait ce qui est à faire, ce qui est en cours et ce qu'il restera à faire... Cela fait perdre du temps, de l'énergie et parfois l'envie.

Je voulais vous parler de ces visas que nous pouvons demander, qui peuvent nous être refusés et dont la somme versée ne sera JAMAIS remboursée ; de ces Booty Calls explicites ou non de la part de ces personnes qui veulent remettre le couvert bien longtemps après ; de ces films que je regarde en quantité incroyable actuellement et qui me semblent être l'équivalent d'une vie ; de cette motivation qui se cultive, se nourrit, se régule et se travaille... MAIS j'ai les yeux qui piquent comme je vous l'écrivais plus haut.

C'est aussi ça de lire un blog humeur, beaucoup d'envies, de projets de posts et beaucoup d'entre eux ne viennent pas tout de suite ! Je ne les ai pas oublié mais je prendrai mon temps ;)
Merci de me lire !

Portez-vous bien, les lecteurs et prenez soin des vôtres.

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence