« Les grands bonheurs viennent du ciel, les petits bonheurs viennent de l'effort » ou cette chance qui n'existe pas.

by - 23:50:00

Hello les lecteurs,
Comment vous portez-vous ?
Pour ma part, je suis extrêmement fatiguée mais étrangement ce soir, je plane : dans ma combinaison Panda, écoutant de la musique, la panse remplie... Ma fatigue est comme anesthésiée.

Plus tôt dans la soirée, je parlais à deux de mes collègues de cette chance que les gens évoquent lorsque nous accomplissons des choses qui leur semblent irréalisables, exceptionnelles et j'en passe.

Il n'y a rien de chanceux dans ce que beaucoup d'entre nous accomplissent : il y a du travail, de l'acharnement, de l'audace, du culot, du stress, de l'angoisse, des tracas, des démotivations, des anxiétés, des imprévus, des galères, des déceptions, de la fatigue, de l'énervement, du désespoir, du doute, des fluctuations de moral, des instabilités, des sacrifices, des occasions manquées, des erreurs.

Il y a aussi des opportunités, des rencontres, des tremplins, des découvertes, des coups de coeur/foudre, de l'apprentissage, des circonstances arrangeantes, des possibilités, du réseautage, des réussites, des avancées, des avantages, des fiertés, des facilités, des faveurs, des bénéfices, des atouts, des jouissances.


Mais ce que les gens voient, c'est uniquement les photos, les endroits, l'aspect matériel des choses et non le chemin parcouru pour arriver, les émotions ressenties, le mental que l'on a construit au fil des épreuves. Ce qui est le plus important.

J'admire les gens qui ont lutté et continuent de lutter avec eux-mêmes pour s'offrir ces doux plaisirs qui égayent leurs existences. Les choix pris ne sont pas toujours évidents, limpides et faciles mais les faire et les assumer, c'est un immense pas.
La prise de conscience de ses faiblesses, de ses manques et de ses désirs couplé à ce désir d'être une meilleure personne pour soi-même, c'est quelque chose de grand : au-delà de toutes les possessions matérielles, de toute la gloire, de tous les privilèges que l'on peut avoir.

Ce soir, je n'ai pas peur de vous dire que je traverse une période de ma vie durant laquelle je morfle,  je doute beaucoup, je cumule énormément de frustrations pour penser à demain. J'apprends péniblement certes mais pour rien au monde, je ne zapperai ce passage. J'espère en ressortir grandie et suffisamment forte pour affronter les affres de la vie.

Je verrai.
Et je vous dirai.

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence