Les carences, on les traîne toute sa vie, on peut seulement en être consciente et à force d'y travailler, on les soigne et elles se comblent (Remix).

by - 18:46:00

Photographie par SFI, le 9 mars 2017

Je me sais exigeante avec les gens que j'aime : lorsque je donne de l'attention, du temps, de l'énergie, de l'amour et que j'ai le sentiment par les comportements que je reçois en retour de ne pas me sentir aimée, je réagis tantôt sur la défensive, tantôt sur le retrait total. Par peur d'aimer toute seule sans que cet amour ne me soit porté également.

Je me sais rancunière : je ne pardonne jamais vraiment ou alors de façon non commune.
J'apprends à libérer cette tristesse, cette colère, cette frustration et je finis par ne plus éprouver de rancoeur en revanche la personne à l'origine de ces sentiments doit rester HORS de ma vie. Certains pensent que c'est un défaut, pour d'autres c'est un péché mais pour être tout à fait honnête, je ne peux pas garder au coeur de mon existence des gens qui n'ont pas hésité à me nuire pour quelques instants de gloire, d'orgueil, de colère.

Je me sais impatiente : tant de choses m'ont été promises, m'ont été dites avec certitude et assurance. A force d'y croire et de voir ces choses ne jamais se réaliser, j'ai développé cette incapacité (pénible il faut le reconnaître) à attendre que les choses se fassent en temps et en heure. Quand on me dit quelque chose, cette chose doit se manifester quasiment instantanément même si c'est censé être du long terme.

Je me veux future ex-fuyarde : l'ailleurs m'a semblé meilleur lorsque mon ici était le lieu de trop de drames, trop de peines, trop de complications et de négativité. Imaginer qu'ailleurs serait meilleur, m'accrocher à cet ailleurs envers et contre tout pour tenir lorsque l'ici cumulait les déboires. Mais j'apprends que cet ailleurs ne sera jamais bon très longtemps si j'y traîne les blessures non soignées de mon ici.

Je me sais désormais LÉGITIME : On ne m'a jamais dit que je méritais de vivre, que je n'étais pas une erreur, que j'avais ma place quelque part ou alors je ne l'ai pas ressenti. Et je pense que j'en ai beaucoup souffert par le passé.
Aujourd'hui, je m'évertue chaque jour à me le prouver à moi-même mais également en accomplissant ces choses qui ME rendent fière que ma vie n'est pas seulement une parmi tant d'autres mais la mienne avec tout ce qu'elle comporte.

Reconnaître ses carences, identifier ces traits de caractère coriaces et y travailler pour se rendre meilleure et/ou améliorer ses rapports avec autrui.

Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence