Le coeur de ces bouts de femmes !

by - 01:11:00

Lauryn Hill - Everything is Everything ♫♫♫


Hello les lecteurs, 
Comment vous portez-vous ? Pour ma part, ça va ça va. 
J'écoute en boucle les titres de l'album The Miseducation Of Lauryn Hill. 

L'histoire d'une personne est passionnante lorsque celle-ci suscite en nous de l'intérêt, de la curiosité, de l'empathie, de l'admiration, des traits d'identification et génère des envies, de l'ambition, de la détermination. J'avoue être une éponge : j'aime les gens, je m'intéresse à eux et j'apprends d'eux quotidiennement. Tous ne m'intéressent pas ; tous ne suscitent pas mon intérêt, ma curiosité, mon émoi. En revanche, ceux qui ont su attirer ces choses en moi, je leur consacre autant que je le peux, une tribune pour s'exprimer autant qu'ils le voudront.

En tant que jeune femme, j'ai personnellement baigné dans un univers très féminin. Les quelques hommes de ma vie partagent le même sang que moi, ont côtoyé les mêmes lieux de socialisation que moi ou sont liés à des femmes faisant partie intégrantes de mon existence. Ce n'est que récemment que les hommes sont rentrés dans ma vie en dehors de ces canaux précis.

Et ce soir, je pense à ces femmes qui font partie de ma vie : des mères, des sœurs, des amies, des proches. Des femmes qui, tantôt, me ressemblent, tantôt, sont mon strict opposé. Des femmes que je vois lutter avec elles-mêmes mais également avec leurs familles, avec leurs amis, leurs amours, leurs passions, leurs aspirations et leurs vies.
Des femmes prenant des décisions et les justifiant parfois avec une honnêteté aussi remarquable que déconcertante ou au contraire avec une déraisonnabilité et une imprudence inquiétante.

Peu importe qui nous sommes, d'où nous venons, ce à quoi nous sommes renvoyées, ce lieu auquel on reconnaît appartenir, ces peurs qui nous guettent, ces projets qui font palpiter nos coeurs, j'ai envie d'envoyer beaucoup d'amour à ces femmes qui se cherchent et cherchent à prendre les meilleures décisions pour elle-mêmes.

Ce n'est pas évident. 
Tellement de pression, d'impératifs, de contraintes, de fausses obligations auxquelles on se sent contraintes de répondre positivement. Je pense également à ces idéaux qui sont les nôtres et qui n'ont de légitimité que dans nos coeurs d'enfants devenues des (jeunes) femmes ; à ces peines que les autres nous infligent afin de satisfaire des egos et feindre de soigner les pathologies de l'âme qui les rongent ; à ces doutes qui nous frappent après des déceptions et des conduites inacceptables à notre égard.

Parfois, la solution n'est pas dans la résolution à tous prix de ces issues.
Parfois, il faut être capable d'accepter le mal, de réguler sa peine et de se soigner en se concentrant uniquement sur SOI et SOI SEULE. Pas sur ce que les proches (aussi perspicaces sont-elles dans leurs constats de notre personne) diront, pas sur ce qui devrait potentiellement arriver ou ce qui serait archi DOPE si cela arrivait mais uniquement sur soi.

Pour ma part, ces temps-ci, j'apprends à ne plus donner les clés pour que les gens me comprennent car en retour, je ne reçois que de la paresse et du culot ; j'apprends à PATIENTER, j'apprends à mettre de l'eau sur mon citron et remettre ma pensée dans un cadre spatio-temporel à peu près présent.
Je soutiens mes soeurs dans leurs retour et fin respectives d'engagements amoureux, mes amies dans la conquête d'elles-mêmes, mes petites dans une démarche de sincérité et propreté.

Alors que l'heure est à une remotivation de quasiment tous les instants, je pense à ce moment imminent pour lequel je subis actuellement et qui aura besoin de mon énergie et de mon investissement malgré la lassitude ressentie.

Peu importe vos combats personnels et propres à vos personnes, chers Lecteurs de Ryel Cosmos, je vous envoie mes ondes les plus sincères.
Je pense beaucoup à toi ces temps-ci Mikee, même si tu m'as exaspérée.
Portez-vous bien !
Signé Ryel.

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence