« Ryel, tu n'as pas les moyens d'être généreuse ! »

by - 21:31:00

50 Cent - Outta Control (Remix) ♫♫♫

Hello les Ryders,
Comment vous portez-vous ?
De mon côté, ça va...

Pas plus tard que tout à l'heure, j'ai croisé une camarade de collège, qui a accouché il y a quelques mois. Elle ne me l'a pas dit mais sa Maman et sa soeur l'ont fait quelques jours plus tôt. Je ne pense pas que ma fonction sur Terre soit de mettre les gens devant le fait accompli, de leur faire dire des choses qu'ils n'ont pas envie de me dire alors je lui ai demandé si tout le monde se portait bien puis d'embrasser tout le monde de ma part avant de poursuivre mes courses.

Un peu plus tôt dans la semaine, avec Mimi, nous rîmes des pingres que nous avions croisé sur nos routes. Dans l'éducation que j'ai reçue, on ne peut recevoir quelqu'un sans avoir quelque chose à lui mettre sous la dent. En parallèle, on ne va pas chez autrui sans apporter un présent, même petit, à notre hôte. Lorsqu'il y a un départ, un événement heureux, on doit mettre sa contribution par un petit présent pour signifier que l'on tient à cette personne, qu'on lui est gré pour la joie apportée. 

Pour autant, je me suis retrouvée à passer 4h chez autrui sans qu'on puisse me proposer un verre d'eau, on a franchi le pas de ma maison sans m'offrir aucun présent, j'ai payé des additions pour 2 sans que la personne ne puisse faire SEMBLANT de se proposer. Et même interloquée voire choquée, je n'ai pas eu d'autres choix que l'adaptation. Nous n'avons pas toujours suffisamment d'argent pour payer quelque chose afin de manifester sa joie d'être là, nous n'avons pas toujours la possibilité de nous réjouir pour les bonheurs d'autrui car ils ne veulent tout simplement pas les partager avec nous. Nous ne sommes pas toujours entourées de personnes qui méritent notre générosité et notre amour sous forme matérielle.

 Tellement d'autres exemples mais le point est que nous n'avons pas toujours les moyens d'être généreuse.

L'année a été dure financièrement : après mes folies new-yorkaises, je suis rentrée fauchée (février), je n'ai pas pu continuer mon permis, j'ai gagné de quoi payer mes factures et quelques commandes Amazon jusqu'au mois de septembre (environ 250€ par mois). Une fois ce travail quitté, j'ai recommencé à travailler plus tard que prévu (novembre) et lorsque j'ai commencé à gagner un salaire plus important pour peu de jours travaillés (1300€ pour 12 jours bossés), j'ai été acculée par des dépenses imprévues (billets d'avion) et des prélèvements pourtant repoussés au mois d'après (Cc Général d'Optique). 

Cette année a été une catastrophe financière tant dans ma gestion que dans les montants gagnés mais j'ai appris, j'ai compris, j'ai saisi. J'ai compris que cumuler plusieurs activités pour gagner de quoi vivre décemment n'est pas une préoccupation que je souhaite avoir dans les années à venir ; j'ai saisi que certaines envies doivent attendre le règlement de certains impératifs ; j'ai saisi qu'on ne peut pas toujours adopter cette attitude généreuse en face d'autrui : parfois par manque de moyens matériels et d'autres fois par non mérite de la personne en face de soi.

Les périodes peuvent être +/- longues mais ne durent jamais éternellement. Alors ne cessez jamais de penser à la suite, à comment vous pourrez vous rendre meilleur-e-s et atteindre des objectifs qui vous semblent impossible au vu de votre situation actuelle. Je pense déjà à 2019 et aux nombreux défis excitants qui m'attendent : obtention de diplôme ; recherche d'emplois, voyages en groupes !

Vivons chers Lecteurs !
Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence