Conversation tripartite

by - 02:50:00

Mos Def - U R The One ♫♫♫
© Zamimi feat Rynon - 17 mars 2017
Hello les Ryders,
Comment vous portez-vous ?
Pour ma part, j'ai enfin fini la retranscription de mes notes d'entretien durant mon terrain à Brazza ! Il était temps !

Il y a deux jours, j'ai rencontré le niaou de ma plus vieille amie, Zamimi. J'ai envie de dire qu'il était temps pour ça aussi. Et je dois avouer que c'est toujours quelque chose que je trouve particulièrement mignon d'être aux côtés de deux personnes qui ont choisi d'être ensemble et qui se connaissent bien. J'ai adoré les écouter parler de leur rencontre, des années qui se sont écoulées entre la première danse et la première fois que l'un «a attrapé la bouche de l'autre» *hahaha*, des anecdotes aussi drôles qu'agaçantes, de leurs évolutions respectives et communes, de leurs attentes individuelles et vis-à-vis de l'autre. 

C'est un exercice délicat de rencontrer l'être cher d'un être cher : on ne sait jamais si on va trouver quoi se dire, si on ne va pas s'ennuyer, ou vouloir le bousculer pour des paroles déplacées. Bon, j'avoue que je ne me soucie jamais de ces choses-là, je viens en partant du principe que si mon être cher a choisi cette personne, c'est qu'elle lui apporte quelque chose dont il a envie ou besoin alors je mets à l'aise, je fais des blagues tout en me concentrant sur les attitudes, les airs, les gestes et les réactions de l'autre.

Dans des conversations tripartites de ce type, il y a cette envie de vouloir tout écouter, avec le risque d'entendre des choses inédites qui ne nous concernent pas. Il y a également l'envie de donner son opinion qu'il faut vite distiller avec le rappel que nous sommes là pour notre autre : si je voulais philosopher, je n'avais qu'à me trouver un café-débat, et same si je voulais donner des conseils telle une psychothérapeute, je n'avais qu'à poursuivre des études de médecine ou de psycho. 

Dans certaines configurations, le petit malheur de ces conversations tripartites, avec des duos divers hein (professionnels, amicaux, fraternels, parentaux etc) c'est de réaliser que nous sommes le seul canal de communication entre deux personnes qui possèdent pourtant un lien fort entre elles mais ne parviennent plus à se comprendre. Les mots d'une partie comme d'une autre deviennent des lames qui ont pour objectif d'atteindre le plus profondément possible alors que l'amour est là. Quand je conseille aux personnes qui me parlent, de dialoguer avec la personne avec laquelle elle rencontre une difficulté, on me regarde toujours comme si je souhaitais me débarrasser d'eux avec une phrase bateau. Mais non non, en vérité, je pense véritablement que la communication est fondamentale pour entretenir n'importe quel type de relations. Sans possibilité d'exprimer ses ressentis, bons ou mauvais ; de partager nos attentes à celles et ceux que nous chérissons, comment pouvons-nous avancer ?

Deux personnes qui ne se sont pas concertées, pourront-elles faire la route ensemble ? En toute honnêteté, je ne le pense pas. En revanche, je pense que la communication est à cultiver sans cesse. Et que la coupure de communication est la preuve manifeste d'une crise, d'une accumulation, de frustrations. Communiquons avec ceux que nous aimons : ne parlons pas avec eux pour meubler une conversation, pour se sentir moins coupable ou gagner une battle de palabres. Communiquons dans le but de se faire comprendre, de se faire entendre et d'avancer : ensemble ou séparément.

Très bon dimanche, les Ryders.
Signé Ryel

Dans le même genre..

0 commentaires

Votre présence