Vestiges, colères and cie

by - 16:08:00

Yola Semedo - Meu Amor ♫♫♫
To Semedo - Touch Me ♫♫♫
© FMD, Brazzaville (Mafouta) - février 2018.

Hello les Ryders,
Comment vous portez-vous ?
Pour ma part, je vais bien, mieux.

Je sors de cette longue période de silence qui a couvert plusieurs événements qui m'ont sensiblement énervée (#Bisougate #Opélibfiasco #DJDankiv). Je n'avais ni l'envie ni la patience de m'exprimer convenablement. Je n'avais pas non plus envie de déposer ici mes ressentis à chaud pour qu'ils soient lus puis que ces derniers puissent servir de preuve contre moi, alors je me suis tue.  

Je me suis levée chaque matin ou presque en me disant que je ne voudrais plus jamais avoir à revivre ce genre de situations dans lesquelles j'ai été jugée à tort pour UNE action mutuelle et consentante narrée à mon désavantage, d'avoir eu l'impression de faire les frais d'une campagne de dénigrement parce que la perception familiale de ma vie était autant débridée qu'à côté de la plaque, de comprendre que certaines de mes confidentes étaient mes détractrices sans même s'en rendre compte. Ça a été terrible pour le coup. Avec le recul, je comprends que je suis le genre de personnes ayant la tête dure. Pour comprendre, il ne suffit pas d'une ou deux chutes, mais bel et bien d'un ensemble de cascades douloureuses. Je reste debout cependant j'ai été fragilisée par toutes ces blessures qui ont fini par altérer ma manière de me comporter avec autrui.

Ça a été également un déclic pour d'autres situations connexes dont j'étais le seul point commun. J'ai mis un terme à toutes les « Unfinished/Ambiguous businesses » auquel je participais (même passivement), j'ai cessé de faire traîner les refus en longueur et commencé à construire des remparts autour de moi. J'ai reconnu avoir eu des comportements qui laissaient à désirer, j'ai donné espoir sans le vouloir en niant du plus profond de mon être ce que j'ai pu ressentir. J'ai également choisi de me pencher sur les raisons pour lesquelles je laissais approcher les mauvaises personnes dans mon intimité psychologique en demandant de l'aide à Yaya qui a identifié ce qu'elles considéraient être des carences que je traînerais depuis l'âge l'adolescence. Enfin, j'ai renouvelé mon rétroplanning car j'estimais avoir violé la sanctuarité du dernier en le partageant avec un être indigne de confiance.

Je me sens mieux qu'il y a plusieurs semaines, les sentiments de gêne et de colère s'estompent petit à petit. Je continue de digérer et réapprends pas à pas à écrire sur le blog en ne me souciant plus de qui d'indésirables pourraient le lire. J'ai envie de partager mon expérience de vie composée de ses bons comme de ses mauvais instants sans pour autant que mes posts soient des substrats de conversations que je n'ai pas tenues dans la réalité. Je vous disais que j'étais une jeune femme digne de ce nom, je m'assume, j'assume ce que je dis, ce que je fais et également ce que je ne fais pas ou ne dis pas. Et je ne peux m'empêcher de remercier celles qui font partie de la Ry'fam : chacune d'entre elles m'a remonté le moral, boosté, dit ce que j'avais besoin d'entendre tout en me soutenant. Avoir des proches loyales et fidèles, c'est inestimable comme possession. Halle Berry a écrit ici : «You’re not rich until you have something money can’t buy.»

Ryel Cosmos ne deviendra pas ce champ de bataille que j'utilise pour régler mes comptes. Je n'en ai aucun. Je pense que toutes les personnes savent à quoi s'en tenir me concernant : si nous sommes ENSEMBLE comme on dit au pays, si je les apprécie, si je continuerai d'être silencieuse devant leurs interactions et indifférente face à leurs présences.

Continuons d'échanger sur Ryel Cosmos de l'amour, des encouragements et nos expériences de vie dans le respect et la bonne humeur. Laissez-moi le temps de me réapproprier cet espace, de remettre mes idées en place et de partager avec vous.

Ceci étant écrit, je souhaite un excellent dimanche à chacune et à chacun.
Habariiiiiiiiii à mes lecteurs Tanzaniens !!!!!! 
Signé Ryel

Dans le même genre..

2 commentaires

Votre présence