Ryel comme accompagnatrice de voyage.

by - 08:12:00

Ella Mai - Boo'd Up ♫♫♫
Vibe - Tonight is The Night ♫♫♫
Carly Jae Jepsen - Call Me Maybe ♫♫♫
Bob Sinclar feat Gary Pine - Love Generation ♫♫♫
Sophie Ellis-Bextor - Murder On The Dancefloor ♫♫♫
© FMD - Talons carrés, juillet 2018

Hello les Ryders, 
Comment vous portez-vous ?
Pour ma part, je suis bien portante.

Plus que jamais, je comprends à quel point il est difficile d'étudier et de travailler de façon simultanée sans que ce ne soit un contrat d'apprentissage et/ou de professionnalisation. C'est le cas de beaucoup de personnes, et je tire toute mon admiration à ces personnes qui ont su allier les deux et exceller dans leurs études. Pour être tout à fait honnête, c'est une situation que je gère difficilement. Je suis épuisée, je cumule manque de sommeil et mauvaise gestion du temps, jeûne et gavage occasionnels ainsi qu'alimentation grasse. J'ai cette sensation de manquer de temps constamment, de ne pas être suffisamment concentrée et surtout que je ne pourrais pas y arriver. Soyons honnêtes les Ryders, si j'avais eu le choix, je pense que j'aurais choisi d'étudier de façon paisible. Mais comme tout doit être BRUH dans mon existence, ma foi....

Il y a eu des gains indéniables. Je me sens vraiment opérationnelle sur une multitudes de choses : Je monte en compétences, je me diversifie, je deviens réellement polyvalente et je gagne en sang-froid. Voilà 10 mois que je travaille dans l'aéroportuaire, en intérim, pour la compagnie aérienne nationale (+33). Ma fiche de poste est longue, détaillée et précise. Pour autant, si je devais résumer le rôle que j'occupe temporairement, je dirai que c'est l'accompagnement de la clientèle dans son expérience de voyage. De son arrivée à l'aéroport jusqu'à la fermeture de la porte principale de l'avion. Cela inclue tellement d'étapes : l'enregistrement du client et de ses éventuels bagages, les modifications/ajouts/retraits de services, les paiements de services additionnels ou de tous types d'excédents, les vérifications tarifaires, l'accueil et l'orientation, rattraper les boulettes des collègues, collaborer avec les différentes acteurs présents sur l'aéroport (sécurité, armée, police, compagnies d'assistance, compagnie de sécurité), expliquer le " SBY" (standby), gérer des débarquements.... La liste est vraiment très longue !

J'ai l'habitude de dire aux collègues qu'il y a trois types de personnes qui voyagent : 
1/ ceux qui pratiquent le sport du ratage d'avion : ils voyagent très peu, ils paniquent vraiment pour tout, et souvent leur absence de curiosité sur les formalités de voyages, les horaires limites d'enregistrement ou d'embarquement ou les poisseux font que ces gens-là finissent dans les zones dédiées à la gestion des vols manqués ou à la vente.

2/ ceux qui viennent des millénaires avant leurs vols : ils ont le sentiment d'avoir tellement investi dans leurs billets d'avion, le voyage n'est pas une aventure, c'est un enjeu. Ces gens-là viennent des heures voire jours avant. Ils viennent à l'aéroport bien en avance pour éviter toutes les hantises liées aux aléas du voyage. Ils sont préparés à toute éventualité. Et ramènent le stress avec eux.

3/ ceux qui viennent au moment où il le faut : les personnels compagnies, la clientèle d'affaires, les globe trotters, les gens débrouillards et un peu curieux. Les personnes qui voyagent de façon fréquente, qui voient le voyage comme une nouvelle expérience ou au contraire une nécessité.

J'ai fait de très belles rencontres à l'aéroport, j'ai compris qu'un passeport et/ou des visas pouvaient en dire plus qu'un visage et des mots, j'ai eu des fous rires avec plusieurs personnes qui s'y trouvaient, j'ai compris de nombreuses choses sur les tarifs, les impératifs de voyage. J'ai découvert qu'il était possible d'enregistrer ses bagages la veille de son départ (J-1) par exemple ou de faire voyager son enfant seul grâce à un service de Mineur non accompagné (UM). Et en soi, ce fut également une belle occasion de constater, une fois de plus, que chaque personne avait son destin. Entendre de la part de clients que je suis bonne dans ce que je fais, que j'ai un don pour les gens, pour les langues (c'est moins vrai, mais au moins j'ai appris comment dire « Bonjour » et «merci» dans plus de langues que je n'ai de doigts haha) c'est gratifiant. 

Ça fait plaisir de savoir que l'on remplit les missions que l'on nous a imposées et avec lesquelles nous sommes en accord en étant soi-même. En ajoutant cette touche perso, la Ry'touch pour ma part. Ça donne envie de se battre toujours un peu plus pour ce que l'on veut vraiment faire, aussi difficile soit-il. Je vous expliquerai une fois ce contrat achevé ce que j'ai pensé de cette condition de Main d'Oeuvre Extérieure (MOE) - oui oui c'est comme ça que nous sommes appelées par la compagnie -, des raisons pour lesquelles j'ai refusé d'entrer dans la compagnie et de la nécessité de savoir prendre son mal en patience - still learning -.

Très bon début de semaine à chacune et à chacun.
Tenez-bon !
Signé Ryel

Dans le même genre..

1 commentaires

  1. "Sophie Ellis-Bextor - Murder On The Dancefloor ♫♫♫" ! You Know ! Je suis retombée dessus en tombant sur la playlist année 2000 de Spotify. Sophie ne nous a marqué que par un seul son voir 2 mais elle est restée dans la mémoire de la génération ! et Call Me Maybe ♫♫♫ Tous ses sons qu'on chantait à tue-tête !

    RépondreSupprimer

Votre présence